Commentaire de la règle de notre père Saint Benoît Commentaire de la règle de notre père Saint Benoît
Commentaire de la règle de notre père Saint Benoît
Commentaire de la règle de notre père Saint Benoît

Commentaire de la règle de notre père Saint Benoît

À propos

Commenter la Règle de saint Benoît est un acte de tradition, de transmission.
Celui qui ouvre le texte se trouve en présence de la plus grande synthèse de l'histoire monastique ancienne qui déterminera aussi son déploiement occidental. S'appuyant sur ce contexte, le commentaire du père Benoît Standaert reconnaît l'art du maître et l'admire, tout en gardant régulièrement l'oeil ouvert sur le contexte nouveau qu'est le nôtre, avec de nouveaux défis et d'autres faiblesses culturelles.
Ainsi, lecteurs et lectrices sont invités à être autocritiques et à devenir créatifs dans la fidélité à la sagesse qui régit ce document exemplaire. L'écoute-obéissance à la Parole ouvre un chemin, une manière de vivre, qui engage toute la personne. Alors, grâce à la protection de Dieu, celui qui se hâte vers la patrie céleste ne pourra qu'aboutir.



Rayons : Religion & Esotérisme > Christianisme > Christianisme généralités > Essais / Réflexions / Ecrits sur le christianisme

  • EAN

    9782204124034

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    458 Pages

  • Longueur

    24.1 cm

  • Largeur

    15.5 cm

  • Épaisseur

    3.5 cm

  • Poids

    720 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Benoît Standaert

Benoît Standaert est moine bénédictin, de l'abbaye de Saint-André près de Bruges. Il vit aujourd'hui en ermite près de Malmedy. Exégète et auteur spirituel, il a commenté notamment L'Évangile selon Marc (Gabalda, 2010) et rédigé plusieurs ouvrages de spiritualité, dont Sagesse comme art de vivre (Bayard, 2009) ou Les trois colonnes du monde (Albin Michel, 2012), avec une application originale de cette triple clef à saint Paul : Le ministère de Paul. Parole, prière, miséricorde (Médiaspaul, 2016).

empty