• Tout va changer dans la vie du jeune Jim Hawkins le jour où le «capitaine», un vieux forban taciturne et grand amateur de rhum, s'installe dans l'auberge de ses parents, à «L'Amiral Benbow». Jim comprend vite que cet étranger n'est pas un client ordinaire. En effet, lorsqu'un effrayant aveugle frappe à la porte de l'auberge isolée, apportant au marin la tache noire symbole des pirates et synonyme de mort, la chasse au trésor a déjà commencé !

    Ajouter au panier
    En stock
  • Du monastier, près du puy, jusqu'à saint-jean-du-gard, aux alentours d'alès, robert louis stevenson emprunte les chemins de traverse pour tenter de trouver un dérivatif à la tristesse qui l'a envahi après le départ de fanny, la femme aimée.
    Entre le 22 septembre et le 4 octobre 1878, en compagnie de modestine, l'ânesse achetée au départ, il fuit les routes fréquentées, trop directes et trop rapides. la lenteur du trajet lui convient, elle lui permet de s'incorporer aux lieux et de restituer les tonalités changeantes de l'automne dans les cévennes. que le lecteur soit assis dans un confortable fauteuil ou engagé sur le g. r. dans les pas de stevenson, ce récit précis et admiratif devant les beautés de la nature offre un point de vue original et poétique sur les paysages traversés.

  • Ce célèbre roman ne se réduit pas à une histoire de double, une parodie de Frankenstein. Qu'est-ce qui se cache derrière la porte ? L'intérieur de notre être, où voisinent le civilisé et le sauvage, l'animalité et l'humain, la mort et la vie ? Ou bien un crime secret que nous devrions expier ? Les frontières entre le jour et la nuit s'estompent, comme dans le brouillard ou dans la pluie de Londres. La peur s'insinue en nous, notre identité personnelle vacille.
    Stevenson multiplie les points de vue, à travers diverses récits, dont le dernier, celui du docteur Jekyll, laisse ouverte une question : et si M. Hyde courait encore à travers le monde ? Hyde n'est pas seulement le mal que Jekyll a expulsé de lui. C'est plutôt la figure du malheur. Par elle, Stevenson a donné une forme à ses tourments. Par l'art, il a triomphé de ses songes cruels.

  • Ce roman est le compte rendu à la fois nostalgique et espiègle de la randonnée qu'effectua Stevenson avec une ânesse obstinée dans les Cévennes en 1878. Tandis que l'animal réinvente, à mesure de sa fantaisie, le chemin du voyage, son maître se prend peu à peu aux joies de l'errance. Eloge de la lenteur et du goût pour l'inutile, Voyage avec un âne dans les Cévennes nous invite "à voir le monde comme une bohème non pas vraiment raffinée, mais glorifiée et pacifiée" (Henry James).

  • Collection « Classiques » dirigée par Michel Zink et Michel Jarrety R.L. Stevenson L'étrange Cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde Intrigué par le testament de son ami Jekyll qui lègue tous ses biens à un certain Mr Hyde, le notaire Utterson cherche à rencontrer le légataire. Troublé par l'inquiétante apparence du personnage, dont il apprend qu'il a foulé aux pieds, dans la rue, le corps d'une fillette, Utterson interroge le Dr Jekyll qui se mure dans le silence. Mais la perplexité du notaire s'accroît lorsqu'il apprend que, pour assassiner un gentleman, Hyde s'est servi de la propre canne du Dr Jekyll. Il décide alors de poursuivre son enquête...
    Lorsqu'il publie cette nouvelle en 1886, Stevenson rencontre un succès immédiat. C'est qu'ici, aussi bien que dans ses autres récits, s'invente un nouveau fantastique où le double est souvent le diable et qui n'écarte pas la dimension morale. Dans un décor plus onirique que réaliste, l'inquiétante étrangeté de ces textes savamment construits est finalement de nous montrer des êtres poussés par la curiosité et qui, dans la double hantise de trop voir ou de ne pas voir assez, n'en finissent pas d'errer dans une forêt de symboles qu'ils ne réussissent pas toujours à déchiffrer.

    Ce volume comprend, outre L'étrange Cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, Le Voleur de cadavres, Les Gais Lurons et Olalla.

    Edition et traduction de Jean-Pierre Naugrette

  • Prières

    Robert Louis Stevenson

    Robert Louis Stevenson, auteur génial de L'Île au trésor, a aussi écrit des Prières. Elles n'avaient jamais été publiées en France : en voici l'édition inédite.

  • La lecture de L'Île au trésor, patrimoine de la littérature d'aventure, est éclairée ici par le parti pris graphique audacieux d'Étienne Friess qui transforme la galerie des personnages en un fabuleux bestiaire anthropomorphisé. L'oeuvre se fait tout à la fois formidable histoire de pirates et de trésor, réflexion sur la nature humaine, enquête, roman épique, récit d'apprentissage et parcours initiatique.

  • Photographe, historien d'art de formation, découvrant voici plusieurs années les Cévennes et la beauté libre de leurs paysages, Nils Warolin a séjourné à de nombreuses reprises dans cette région, y retrouvant les traces de Robert Louis Stevenson. Parcourir ce pays sauvage et secret, presque inchangé depuis le voyage de l'écrivain écossais en septembre 1878, du Monastier (près du Puy, en Haute-Loire) jusqu'à Saint-Jean-du-Gard (non loin d'Alès), c'est partager une approche sensuelle et poétique de la nature où le voyage dans le monde se double d'un itinéraire intérieur. Stevenson ramena de cette marche sur le chemin des bergers, dans l'ombre encore de la guerre des Camisards, un texte devenu mythique ; les photographies de Nils Warolin restituent cette superbe traversée initiatique de douze journées d'automne au coeur des vastes plateaux volcaniques du Velay, des crêtes dénudées du mont Lozère et des vallées des montagnes cévenoles.

  • En 1878, Stevenson n'est pas encore l'écrivain reconnu de L'île au trésor (1883) ou de L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde (1886) . Le 22 septembre, en quête d'aventure et pour guérir d'un chagrin d'amour, Robert-Louis Stevenson, a 28 ans, part à pied du Monastier-sur-Gazeille accompagné d'une ânesse, Modestine, pour rejoindre douze jours plus tard Saint-Jean-du-Gard. Dans un pittoresque journal de route, il raconte avec humour, au fil des 150 kilomètres du parcours, ses déboires avec Modestine, découvre des lieux chargés d'Histoire - la terrible guerre des Camisards -, évoque ses rencontres et ses nuits à la belle étoile... " J'étais l'animal le plus heureux du monde ", écrivait-il.
    Passant par le Mont Lozère, il fit étape au Pont-de-Montvert, où se déroula, sous le siècle de Louis XIV, l'assassinat de l'abbé du Chayla qui déclencha la terrible guerre des Camisards en 1702, événement raconté par Stevenson et auquel l'auteur accorde une large place dans cette bande dessinée.
    Ce chemin, tracé par Stevenson, est depuis devenu le fameux GR 70 (qui parcourt les Cévennes par la Haute-Loire, l'Ardèche, la Lozère et le Gard), assidûment pratiqué par de nombreux randonneurs.

empty