• Publié en 1958, ce livre de Marguerite Harl marque un progrès majeur dans les études sur Origène. Embrassant l'ensemble des oeuvres connues du grand maître chrétien, il révèle les méthodes suivies dans ses recherches par l'Alexandrin, à partir de l'analyse des textes eux-mêmes, sans préjugés dogmatiques ni apologétiques. Ce livre met en valeur la carrure intellectuelle d'Origène, son attention aux débats philosophiques de son époque ainsi que son recours à la raison jusque dans l'analyse de l'aspiration mystique. Enfin, Marguerite Harl insiste sur la rigueur de sa science exégétique de bibliste, la force de sa pensée engagée dans une quête perpétuelle de clarté, des homélies aux traités en passant par les Commentaires des Écritures.
    Ce livre a été en son temps salué par la critique comme une contribution capitale au renouveau des connaissances sur Origène, sur les Pères de l'Église et sur l'Antiquité tardive mené dans un cadre universitaire sous l'impulsion et à l'exemple de Henri-Irénée Marrou, Henri-Charles Puech et André-Jean Festugière. Il reste aujourd'hui, soixante plus tard, un ouvrage de référence. Le portrait qu'il donne d'Origène au travail n'a pas pris une ride et constitue l'introduction savante la plus sûre à ses oeuvres.

  • Quatorze cantiques tirés de divers livres de l'Ancien et du Nouveau Testaments ont une place à part dans la Bible des chrétiens : ils apparaissent regroupés pour la première fois au Ve siècle, formant un recueil poétique placé à la suite du psautier dans le codex de la Septante, l'Alexandrinus. Ils témoignent d'une époque où s'organisait la prière solennelle du psautier dans les cathédrales et les monastères, avec accompagnement de chant et de musique. Ces odes et ces prières entonnées par quelques grandes figures de l'histoire d'Israël, tel Moïse sortant vainqueur du combat contre le Pharaon dans la mer Rouge, chantent confiance et reconnaissance pour leur Dieu tout-puissant. À leurs voix de louange, répondent les trois hymnes de l'Évangile de Luc qui célébrent la naissance de Jésus, le Messie annoncé.

    Après avoir présenté les quatorze cantiques dans leur texte grec et en traduction, Marguerite Harl mène une enquête dans la Bible, le judaïsme hellénistique et les Pères grecs pour reconstituer les étapes de formation du recueil. Héritiers d'une longue tradition, ayant acquis prestige et autorité, ces cantiques transmettent dans la liturgie des richesses théologiques et spirituelles d'une sorte de Bible en raccourci. Neuf d'entre eux sont devenus le « canon des odes » en vigueur encore aujourd'hui dans les Églises orthodoxes de rite grec.

empty