• Avec cet ouvrage, Jacqueline Martin-Bagnaudez poursuit son travail d'historienne sur la personnalité et le contexte dans lequel évoluait l'Apôtre Paul, en s'intéressant au thème du repas dans les écrits de Paul.
    En effet, l'un des marqueurs de la conversion au Christ, c'est le « repas » du Seigneur. En outre la vie sociale fournit de multiples occasions de manger avec tout un chacun. Alors les croyants issus du judaïsme peuvent-ils se mêler à des convives issus du paganisme qui ne respectent pas les lois du Lévitique ? Par ailleurs, même si les croyants savent bien que les dieux du paganisme ne sont rien, ceux qui mangent la viande des victimes offertes en sacrifice ne risquentils pas d'en troubler d'autres ? Des disputes qui vont plus loin qu'une simple observance. Paul a dû batailler, avec des arguments et des succès divers.
    Manger ensemble, oui, quelle affaire !

  • Parmi les auxiliaires dont saint Paul a usé pour mener au quotidien sa mission, les hommes et les femmes qui l'ont secondé ne font l'objet que de mentions éparses dans les sources et d'études fragmentaires dispersées chez les historiens. Il est pourtant possible d'en rencontrer quatre-vingts, connus par leurs noms et activités. Voir vivre les hommes et les femmes qui ont oeuvré avec Paul représente une information exceptionnelle sur les toutes premières chrétientés des années 50-60. La notion de collaborateurs est ici prise au sens large et englobe les divers individus qui ont joué un rôle durable ou occasionnel comme envoyés ou relais locaux dans la mission paulinienne : Publius de Malte est retenu au même titre que Timothée. Quelques anonymes ont joué aussi un rôle important comme le geôlier de Philippes ou les « Frères de la Collecte ».
    Replacés dans les contextes où ils ont oeuvré et dans les relations que Paul entretenait avec eux, ces collaborateurs font aussi l'objet d'une fiche individuelle avec références aux sources, complétées autant que possible par les traditions et lieux de mémoire. C'est tout un tableau de l'Église naissante qui se trouve ainsi déployé.

  • Le grand rayonnement de la figure de saint Paul par des méditations.

  • Le pape saint Grégoire le Grand vivait il y a 1400 ans. Pasteur à la spiritualité austère, hardi missionnaire, il se faisait à l'occasion homme d'Etat, diplomate, administrateur. Il entretint des relations nouvelles avec les rois barbares, assumant toutes les richesses et les contradictions de l'Antiquité finissante et du Moyen Age commençant. Ecrivain à succès, ce Père de l'Eglise nous a laissé des textes qui ont nourri pendant des siècles la spiritualité chrétienne.
    Il est de ces fortes personnalités qui, dans un monde en pleine mutation, montrent la route.

  • Pour les juifs, qui est Jésus? Quel regard portent-ils, après deux millénaires d'histoire, sur celui qui fut un des leurs ? Chacun d'entre eux a sans doute quelque chose à en dire, mais s'agissant du Jésus historique, c'est à des historiens qu'il convient de poser la question. Tel est le but du présent ouvrage : où situer Jésus dans les sensibilités religieuses des juifs de son temps ? comment expliquer les singularités de son procès ? Les historiens juifs répondent à ces questions. Ils enrichissent la connaissance du Jésus historique dans des domaines particuliers. Comment le situer par rapport aux sensibilités religieuses de la société juive de son temps, parmi les pharisiens des diverses tendances, les baptistes, les esséniens ? A-t-il une interprétation propre de la Loi ? Dans quelle mesure répond-il aux attentes messianiques ? Qui, en définitive, peut être dit responsable de sa condamnation à mort ? Sans a priori idéologiques, ces chercheurs répondent ave leur méthode et leurs sources propres.

empty