• Dans cet ouvrage posthume, l'abbé Gérard Marier présente ses réflexions personnelles sur un sujet qui, surtout durant ses dernières années de vie, lui semblait être devenu une grande préoccupation, sinon une obsession, pour beaucoup de ses contemporains : le bonheur. La pléthore d'ouvrages publiés sur ce thème lui donne raison, mais il sentait que des choses importantes restaient à exprimer.
    Faisant appel aux sciences humaines, à la philosophie, à la littérature, aux observations tirées de la vie courante, à sa longue expérience de conseiller d'innombrables personnes, et surtout à son amour sans mesure de la Parole de Dieu méditée et actualisée, il laisse transparaître ce que doit être, selon lui, cette recherche du bonheur : une montée.
    Elle est exigeante, souvent à contre-courant des idées reçues, surprenante, consolatrice aussi, et tant encore... C'est la sagesse d'un inlassable chercheur de Dieu qui se révèle dans ces pages, lui qui, sentant ses forces décliner, veut, avant le grand passage, témoigner de ce qui n'a cessé de le fasciner : la beauté et la puissance de transformation du message évangélique. C'est ce qui permet d'amorcer les plus belles montées.

  • Ce que nous entendons intérieurement ne nous laisse pas indifférents. Cette voix au-dedans de nous pèse sur nos choix, pour le meilleur ou pour le pire. Elle ouvre aux autres ou nous referme. Elle allume ou éteint un idéal. Elle apaise ou culpabilise. Ce qui monte du plus profond de nous peut faire de notre vie un patient accomplissement ou un long suicide.
    Ce livre, sous forme de recueils de lettres aux destinataires variés (voir le sommaire) fait entendre cette voix intérieure. Il s'en fait l'écho, mais un écho sélectif. Il capte et transmet, sans naïveté ni arbitraire, ce qu'il y a de plus consistant, de plus lumineux, de plus créateur. Cet écho sélectif peut aller jusqu'à un renversement de sens, transformant en élan de vie ce qui, originellement, était une menace de mort. C'est l'effet d'un écho bienveillant.
    Gérard Marier se présente comme un moine dans le trafic. Il n'écoute qu'après un long silence et il ne parle qu'après une non moins longue écoute. C'est alors qu'il peut, sans prétention, avoir les mots pour parler de ce qu'il y a de plus noble chez les hommes et les femmes d'aujourd'hui.

empty