• Après avoir connu la déportation à Dachau pour son engagement comme résistant, Edmond Michelet (1899-1970) fut plusieurs fois ministre du Général de Gaulle, et notamment ministre des Affaires culturelles succédant à André Malraux. Avec son épouse Marie, ils eurent sept enfants. La foi du couple fut forte et pierre d'angle de tous leurs engagements. Edmond Michelet est mort à Brive-la-Gaillarde qui garde sa mémoire. Il reçut en 1995 le titre de Juste parmi les nations.
    L'auteur du livre, leur petit-fils, fait entrer le lecteur dans leur expérience spirituelle fondée sur une charité vraiment universelle, un sens de l'engagement humain et chrétien digne des grands témoins, et une vie de prière très intense en couple. L'année 2020 marque le 50e anniversaire de la disparition d'Edmond Michelet.

  • Edmond michelet (1899-1970) fut plusieurs fois ministre du général de gaulle.
    Avec son épouse, marie, ils ont élevé sept enfants. edmond connut la déportation à dachau comme résistant. dans ce livre, un de leurs petit-fils nous fait entrer dans leur expérience spirituelle fondée sur une charité vraiment universelle, un sens de l'engagement humain et chrétien digne des saints, et une vie de prière très intense en tant que couple. à noter que les nombreuses lettres entre marie et edmond citées dans cet ouvrage sont inédites.

  • Conversations toutes simples, mais non simplistes. Voilà comment on peut définir cet entretien/témoignage d'Anne Jacquemot avec Benoît Rivière, évêque d'Autun et petit-fils d'Edmond Michelet. À monseigneur Rivière est ainsi offerte l'occasion de dérouler, au fil de mots choisis, comme son dictionnaire personnel et joyeux des mots de la foi.
    Seize mots pour 16 chapitres : Âges de la vie, Ami, Ciel, Courir, Dimanche, Enfant, Joie, Nuit, Parler, Prier, Repas, Tente, Théâtre, Terre, Vertige des cimes et Vocation. Qu'évoquent-ils pour chacun de nous ? Pour Benoît Rivière, ils se déclinent tout à la fois en souvenirs d'enfance, en conviction profonde pour qui cherche inlassablement la vérité, en paroles entendues ou confiées, en traces très personnelles d'anecdotes plus profondes qu'elles en ont l'air.
    Au-delà de ces récits dialogués, ou grâce à eux, on en apprendra plus, bien sûr, sur le parcours d'un natif de Brive, éduqué en plein Paris, Frère des Fraternités Monastiques de Jérusalem, puis évêque auxiliaire à Marseille, évêque d'Autun, successeur de Talleyrand et du Cardinal Perraud, à la suite de Saint Léger, dans un très ancien évêché de France.
    Son attachement aux jeunes, sa connaissance du judaïsme et de l'islam, les retraites qu'il prêche régulièrement à des laïcs, des prêtres, des consacrés, mais aussi son amour de la course à pied et des marches en montagne, sont abordés ici de l'intérieur. On comprend mieux en lisant l'ouvrage que le programme vital de cet homme imprégné de vie spirituelle et de prière réside tout simplement dans sa devise épiscopale : Le Seigneur m'a déclaré : ma grâce te suffit.

empty