• À l'entour de l'an 1328, accusé d'hérésie, jugé par l'Inquisition, désavoué par Rome, Maître Eckhart, le grand théologien dominicain du Rien, se trouve réduit à rien alors que la mort avance au-devant de lui. Or, de ces derniers jours, nous ne savons également presque rien.
    Celui qui s'enracine dans l'éternité et que ses ennemis pourchassent dans le temps, décède en un lieu, une saison, un jour et une heure dont aucun manuscrit médiéval n'a gardé la mémoire.
    Sept siècles plus tard, c'est au coeur de cet exode que le rejoint son meilleur commentateur, Rémy Valléjo, en se faisant le compagnon et le chroniqueur de ce voyage au bout de la nuit qu'a entrepris le Maître, entre son procès à Cologne, son passage par Strasbourg et sa disparition sur la route d'Avignon afin d'en appeler à l'autorité du pape Jean XXII ; et en s'instituant le scribe de l'aboutissement lumineux d'Eckhart, abandonné de tous mais libre de tout, à ce point extrême où l'homme est à jamais saisi par la Déité.
    Une enquête mystique, un essai littéraire et un récit passionnant.

  • «Maintenant, tu demanderas : qu'est donc le détachement, pour qu'il cache en lui pareille puissance? Le vrai détachement signifie que l'esprit se tient impassible dans tout ce qui lui arrive, que ce soit agréable ou douloureux, un honneur ou une honte, comme une large montagne se tient impassible sous un vent léger.» Une méditation lumineuse, une parole vivante conviant à l'apaisement et à la contemplation.

    Ajouter au panier
    En stock
  • De maître Eckhart, et de la force spirituelle de son oeuvre, on connaît moins l'inscription historique. Alain de Libera, grand médiéviste, professeur émérite au Collège de France, retrace le contexte dans lequel le grand mystique rhénan prononça et écrivit ses sermons et traités. On saisit ainsi l'importance et la subversion de son oeuvre dans une première partie historique.
    L'exploration des plus grands textes de maître Eckhart se déploie dans une seconde partie qui est une anthologie construite autour des grands thèmes de sa mystique : l'humilité, le détachement, le délaissement et la pauvreté, l'âme, la grâce et la déification.

  • Maître Eckhart (vers 1260-vers 1328), « à qui Dieu n'a jamais rien caché » : telle était déjà sa réputation de son temps. Et pourtant, ce théologien et prédicateur dominicain de renom a été condamné pour hérésie, un an environ après sa mort. Sans doute parce qu'il prêchait en langue vulgaire (l'allemand) des subtilités théologiques devant les gens du peuple. Également parce qu'on a cru qu'il enseignait le caractère incréé du monde et l'identité de l'homme juste et de Dieu.

    Mais Eckhart n'avait pas la volonté d'être hérétique ; ses thèses furent mal comprises. Sa recherche fondamentale était celle de l'Un par-delà la multiplicité : une unité qui serait en quelque sorte l'origine commune de Dieu et de l'homme, et le but de l'union mystique qu'il prêchait. C'est cette recherche d'union au Dieu ineffable qui explique que sa voix porte encore aujourd'hui.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Les sermons

    Maître Eckhart

    Ce livre réunit les trois volumes des Sermons de Maître Eckhart parus en " Spiritualités vivantes poche ", sous les titres : L'Étincelle de l'âme, Sermons I à XXX, 1998, Dieu au-delà de Dieu, Sermons XXXI à LX, 1999 et Et ce néant était Dieu..., Sermons LXI à XC (dont quatre inédits), 2000.

  • Oeuvres

    Eckhart/Lombard

    Lire maître eckhart, c'est favoriser l'accès à une souveraineté de l'esprit qui tout ensemble enseigne et contraint, eckhart n'enseigne rien d'autre que l'opération d'émergence de la conscience à elle-même, de son éveil joyeux.
    Il ne contraint qu'au détachement de nos errements et de nos illusions.
    Prendre la pensée d'eckhart telle qu'elle se donne, c'est tenter d'en saisir le pouvoir transformateur pour notre conscience qu'il nomme naissance du fils en nous. dans la langue si belle d'eckhart, nouée sur ses images, ses paradoxes, il faut voir la nécessité de porter au paroxysme la conscience pour la faire sauter de niveau et rompre avec ses habitudes naturelles.

    Nous offrons à nouveau au lecteur d'aujourd'hui cette anthologie des plus grands textes de maître eckhart comme un outil de découverte et le support d'une méditation sans fin.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Traités et sermons

    Eckhart

    Regroupe un ensemble de textes d'un grand philosophe du Moyen Age, régis par une intention : convertir le chrétien, et, à cette fin, confier à la parole le soin de faire renaître l'âme en Dieu. Cet ouvrage est une réflexion sur l'incarnation et invite à une pratique du dépouillement et du détachement.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Texte paru en 1440 constituant le principal ouvrage de ce penseur allemand qui entend déterminer avec précision la nature de la connaissance. En prenant mesure de ses limites, il s'agit de mieux lui donner les moyens de se dépasser afin d'accéder à une connaissance approchée de l'infini en acte, interprété ici comme infinité divine.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Prestigieuse figure mystique de l'Occident chrétien au début du XIVe siècle, Maître Eckhart a connu en son temps l'opprobre d'un procès en hérésie, parce "qu'il a voulu en savoir plus qu'il ne convenait". A la base de sa doctrine spirituelle, le "détachement". Au plus loin de tout dolorisme ascétique, cette disposition est l'expression d'une liberté qui "laisse être" toutes choses dans la vérité de leur origine. De portée universelle, une telle exigence abyssale de "pauvreté en esprit", qui a laissé des traces dans l'histoire de la pensée - Nicolas de Cues, Angelus Silesius, mais aussi Hegel, Jung, Heidegger et Bataille -, suscite un intérêt bien au-delà du christianisme, en particulier dans les écoles de mystique orientale. Propre à Eckhart est l'audace du Détachement, la capacité de conduire la théologie vers le vertige du rien, avec un geste radical qui rappelle certains textes bouddhistes.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Conseils spirituels est le premier livre de maître eckhart, rédigé du temps oú il était vicaire de thuringe et prieur d'erfurt, son couvent d'origine (1294-3298).
    Ce traité est une bonne introduction à l'auteur, prestigieuse figure mystique de l'occident chrétien, qui a connu en son temps l'oppobre d'un procès en hérésie, parce qu'" il a voulu en savoir plus qu'il ne convenait ".
    Propre à eckhart est l'audace de conduire la théologie vers le vertige du rien, avec un geste radical qui rappelle certains textes bouddhistes.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Redécouvert au XXe siècle, Maître Eckhart est aujourd'hui reconnu comme l'un des plus grands mystiques et théologiens chrétiens. Moins ardus que ses traités latins, et s'inscrivant dans la droite ligne de ses fameux Sermons, ses quatre traités allemands réunis ici constituent l'entrée idéale dans la bibliothèque eckhartienne. Ils nous font entrer dans le monde du grand dominicain et saisir la cohérence d'un penseur qui étonne par ses formules paradoxales en nous apprenant à discerner le sens mystique du détachement, du " sans pourquoi ", de " Dieu au-delà de Dieu "...

    Ajouter au panier
    En stock
  • Si les mystiques sont ces hommes et ces femmes qui ont fait l'expérience de la présence de dieu et qui tentent de la décrire dans le langage des hommes, alors eckhart (vers 1260 - vers 1328) est assurément l'un des plus grands dans toute l'histoire de la mystique en occident.
    Personne peut-être n'a parlé de dieu comme lui. ne l'a-t-il pas appelé un " néant ", un " surnéant ", pour exprimer l'idée que dieu est ineffable, innommable, que tous les termes sont insuffisants pour dire ce qu'il est dans son essence ?
    Qui était eckhart ? ce livre ne présente pas seulement la vie et l'oeuvre, avec des textes choisis. il retrace aussi tout le contexte intellectuel et social qui l'a précédé et soutenu (ou freiné) et la constellation de la mystique rhéno-flamande, avec des hommes comme tauler, suso, ruysbroeck, et des femmes comme mechtilde et gertrude.
    Eckhart a été l'initiateur et la principale figure de cette mouvance spirituelle sans équivalent.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Voici un livre entouré de quelques mystères à la mesure de son renom secret. Le titre et le nom de l'auteur sont déjà les premières étrangetés ; bien d'autres suivent au cours de la lecture.
    Angelus Silesius, qui s'appelle en réalité Johannes Scheffler, appartient à la grande lignée de la mystique allemande. Il arrive plus de trois siècles après maître Eckhart ; il naît en 1624, l'année même où meurt Jakob Böhme - l'un des penseurs qui a eu sur lui la plus grande empreinte. Mais Silesius se distingue d'eux par le fait qu'il exprime dans une poésie de toute beauté la doctrine et l'art de vivre présents en toute mystique. Il est contemporain de la guerre de Trente ans et des poètes baroques allemands, Gryphius, Hofmann von Hofmannswaldau, Casper von Lohenstein, disciples de Martin Opitz, l'auteur d'une sorte de défense et illustration de la langue allemande. La poésie d'une nation en morceaux s'élève et gagne son idiome devant un sol brûlé : elle dit un monde où la vie et la mort se croisent en un jour, où il n'est rien de constant qui ne chancèle.
    Silesius également écrit une poésie d'ombres et de lumières ; il excelle dans les paradoxes. La forme choisie, une suite de distiques innombrables, s'y prête admirablement. Tout se renverse en deux vers : pour bien servir Dieu il faut aller au-delà de Dieu même ; il faut rejeter ceux qui nous séparent encore de Dieu, les anges, mais pour atteindre une « surangélité » dont Silesius dit qu'elle est l'essence de l'homme. L'objet du mystique est même un au-delà de la divinité, que l'homme n'atteint qu'en refusant de rester un homme. Ce chemin est une succession de passages « au-delà » - Nietzsche et Rilke, poète d'anges aussi, sont peut-être à son terme lointain. Rien ici qui ait l'accent d'une doctrine de soumission ou de contrition. On n'a guère pu y apprécier une orthodoxie ; au contraire les mots de spinozisme et de panthéisme ont été prononcés à son encontre.
    Aussi bien, ce sont souvent des philosophes qui ont su comprendre Angelus Silesius. Leibniz reconnaît la beauté de son oeuvre (bien qu'elle lui semble incliner à l'athéisme). Hegel et Schopenhauer saluent sa profondeur de vue.
    Wittgenstein le lisait. Mais au XXe siècle, la renommée d'Angelus Silesius a tenu surtout dans une fleur, cette fameuse rose qui est « sans pourquoi », étudiée par Heidegger.
    Et toutefois, une telle gloire a pu masquer ce qu'il y a de simple et de simplement beau dans le livre même , elle a pu dispenser de revenir s'y plonger par-delà ces prismes. Il nous a semblé qu'une oeuvre aussi importante par l'histoire de son influence et par son génie intrinsèque, ne pouvait rester difficilement accessible au public. Cette nouvelle traduction, la première en édition de poche, vise un ton dénué de préciosité, sans ornement et cependant beau autant qu'il est possible. Reconstituer une prosodie française, selon nous, serait allé à l'encontre de ce dessein : le vers libre, qui rappelle le verset biblique (et, en français, celui de Claudel), a eu notre préférence. Une voix simple nous a paru la meilleure, la mieux accordée à la force de cette rare alliance de pensée et de poésie.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ajouter au panier
    En stock
  • Les traités

    Johannes Eckhart

    • Points
    • 19 Septembre 1996

    Maître eckhart (vers 1260- vers 1328), "à qui dieu n'a rien caché" : telle était sa réputation déjà de son temps.
    Après une longue éclipse, il est considéré, depuis le xixe et surtout le xxe siècle, comme l'une des plus grandes figures de la vie mystique, c'est-à-dire de "l'expérience de dieu". il dépasse même le cadre de l'occident puisqu'il est lu aussi en orient.
    Les traités de ce livre (instructions spirituelles, le livre de la consolation divine, de l'homme noble et du détachement) sont la meilleure introduction à la théorie et à l'expérience mystiques de maître eckhart.

    "j'ai souvent dit qu'il y a dans l'âme une puissance qui n'a pas de rapport avec le temps ni la chair; elle flue de l'esprit et demeure dans l'esprit, elle est absolument spirituelle. dans cette puissance, dieu verdoie et fleurit en toute la joie et tout l'honneur qu'il est en lui-même. c'est là une telle joie du coeur, une joie si grande et si incompréhensible que personne ne peut l'exprimer pleinement.
    ".

    Ajouter au panier
    En stock
  • L'éternité est déjà là quand cède en l'homme tout ce qui le retient sur un chemin de vérité et de liberté.
    Lorsqu'il emprunte cette voie pour dire le mystère de Dieu à ses frères, aux moniales et aux béguines de la vallée rhénane, Maître Eckhart (1260-1328) ne sait pas encore qu'il lui faudra le vivre jusqu'aux confins du plus radical abandon qui, certainement, est sa plus authentique prédication. Dès lors, éprouvée par l'adversité, sa parole est un chemin d'humanité qui, jusque dans un « je ne sais pas », offre à chacun d'avancer « au large », conformément à la parole de Jésus à ses disciples, dans les profondeurs océaniques du désir le plus intime, là même où l'âme humaine accueille ce qui lui est le « plus proche ».

  • La mystique rhénane d'Albert le Grand à Maître Eckhart La mystique rhénane est le fruit d'une théologie spécifique inaugurée par l'enseignement d'Albert le Grand à Cologne dans les années 1250. Grâce à lui, l'école dominicaine allemande, dont on commence à peine à mesurer l'importance, a bénéficié de larges apports grecs et arabes, que les dissociations modernes entre "scolastique", "mystique" et "philosophie" ont, le plus souvent, occultés. Le but de ce livre est de redécouvrir les catégories médiévales et de donner dans cet esprit une première vue d'ensemble des hommes, des doctrines et des concepts qui ont fait de la théologie rhénane un moment fondateur dans l'histoire de la philosophie.

    Ajouter au panier
    En stock
  • La divine consolation et de l'homme noble, aussi connus sous le titre de benedictus deus, sont les derniers traités de maître eckhart (1260-1328), prestigieuse figure mystique de l'occident chrétien, qui a subi en son temps l'opprobre d'un procès en hérésie, parce qu'" il a voulu en savoir plus qu'il ne convenait ".
    Dédié à une reine en deuil, ce discours consolateur est l'héritier d'une tradition philosophique qui a eu ses représentants les plus renommés parmi les stoïciens. cependant, maître eckhart a sans doute été influencé également par dante, son contemporain, et par le consolarnentum des " bons hommes " cathares. toute cette richesse est cachée dans ce noble petit livre qui faillit disparaître à jamais. après qu'un exemplaire fut tombé.
    Entre les mains de l'inquisition.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Cet ouvrage relit l'ouvre de Maître Eckhart (1260-1328) comme une tentative de dire cette part de nous-mêmes qui toujours nous échappe : l'intime. Grâce à cette notion à la consonance très contemporaine, Éric Mangin éclaire le cour de la pensée de Maître Eckhart dans ce qu'elle a de plus complexe et de plus profond. L'intime n'est pas le privé ni l'isolement, mais une distance essentielle qui permet à l'homme d'être à la fois uni à Dieu et présent au monde dans un détachement qui est plénitude. C'est même dans cet espace que Dieu naît à l'âme et que l'homme fait l'expérience de sa filiation divine, thème central de la pensée de la prédication eckhartienne.
    Expérience mystique non pas close sur elle-même mais ouverte sur l'agir, l'intime permet aussi de présenter l'anthropologie du théologien. Dans cette expérience, le sujet découvre en lui une profondeur non appropriable et un essentiel inachèvement : l'intime est l'expression d'une liberté qui ne peut être aliénée.
    Outre des références nombreuses à l'intégralité de l'ouvre de Eckhart, Éric Mangin situe parfaitement celui-ci dans le contexte intellectuel et théologique qui était le sien, et dont il s'est souvent distingué. Il sait aussi fort à propos établir parallèles et résonances avec des auteurs proches de nous, tels Thérèse de Lisieux, Etty Hillesum ou même Camus.

  • Ce présent volume réunira toute l'ouvre allemande disponible de Maître Eckhart, que le Seuil est le seul éditeur à avoir publiée de façon cohérente, à partir de l'édition critique, soit : les 117 Sermons allemands (dont dix inédits), les Traités, les Instructions spirituelles ainsi qu'une traduction inédite du poème « Le grain de Sènevé ».

    La réunion de tous ces écrits, dans les excellentes traductions de Jeanne Ancelet-Hustache et d'Eric Mangin, l'organisation des Sermons selon un ordre liturgique et non chronologique, comme les spécialistes viennent de montrer qu'il faut les comprendre, mais également les notes, les introductions à chaque texte et l'introduction générale au volume font de ce dernier l'ouvrage de référence de Maître Eckhart en langue française.
    />

  • Maître Eckhart (1260-1327 env.) est sans doute un des plus grands penseurs de l'Occident. Son influence, qui n'a pas cessé au cours des siècles et que reconnaît encore un Heidegger au terme d'une longue tradition s'étend aujourd'hui jusqu'au Japon où les bouddhistes Zen décèlent, dans la voie eckhartienne de la « renonciation infinie », une profonde parenté. C'est dire son importance à une époque où les cultures confrontées tendent de plus en plus à une approche unique. Reiner Schurmann interroge ici, dans une perspective nouvelle, d'inspiration heideggerienne, plusieurs Sermons allemands du Maître, dont certains sont encore inédits dans notre langue. Son commentaire dégage des lignes d'une spiritualité de l'errance et de l'identité de l'homme dans l'errance, bien faite pour répondre à l'attente des esprits de ce temps.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Voici Maître Eckhart à qui Dieu n'avait jamais rien caché. Bonne route, ô livre - en son nom, et puisses-tu éviter les esprits fermés. Cet ouvrage regroupe un ensemble de fragments eckhartiens éparpillés dans diverses sources manuscrites. Les aphorismes rapportent " ce que Maître Eckhart a dit ", et les légendes " ce qu'on a dit de Maître Eckhart ". Les thèmes du détachement, du néant divin, de la prière, de la guérison et l'importance de la joie font de ces aphorismes un excellent condensé de la spiritualité eckhartienne.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Textes présentés, traduits et annotés par Éric ManginLes Sermons 87 à 105 sont vraisemblablement le fruit de la prédication de Maître Eckhart à Erfurt dans les années 1303 à 1311, alors qu'il est le premier prieur de la nouvelle province dominicaine de Saxe. On y découvre des textes majeurs sur l'incarnation du Verbe et le thème mystique de la naissance de Dieu dans l'âme, exprimés parfois de façon très poétique, ainsi qu'un art des questions qui souligne combien Eckhart entend proposer une intelligence de la foi à partir de l'expérience individuelle : Pourquoi Dieu agit-il ainsi ? Comment l'âme doit-elle se disposer intérieurement ? Qui est Jésus ? Ces sermons nous introduisent ainsi au coeur de la pensée philosophique et théologique du maître rhénan. Si quelques-unes de ces prédications ont déjà fait l'objet d'une traduction ici et là, s'appuyant encore sur des éditions allemandes anciennes, ce nouveau recueil réunit pour la première fois un ensemble de textes cohérents dont la plupart sont totalement inédits en français (les Sermons 91 à 100 ) et s'appuie sur l'édition critique allemande la plus récente.

empty