Desclee De Brouwer

  • L'éducation a pris aujourd'hui une importance insoupçonnée : elle ne vise pas seulement à évoluer à l'intérieur de l'école, mais elle s'étend au-delà, pour s'allier à la science, à la sociologie... Les termes de "nouvelle éducation", de "pédagogie scientifique" s'appliquent au mouvement ardent d'une réforme qui est le résultat d'une aspiration profonde, éprouvée par toute l'humanité... Oui, l'enfant nous a ouvert un monde nouveau et nous a révélé un homme meilleur. Cet homme, nous ne devons pas seulement l'instruire ; il nous faut le défendre tout comme le trésor le plus précieux de l'humanité ; et il nous faut le servir afin qu'il nous fasse ses révélations parce que nous avons besoin de lui. »Publié pour la première fois en 1936 chez Desclée de Brouwer, ce livre reprend la grande conférence prononcée à la Sorbonne en juin de la même année par Maria Montessori (1870-1952). Avec des accents de profondeur et de sensibilité, la grande pédagogue italienne présente de manière ramassée les grandes intuitions de sa démarche.Première femme médecin d'Italie, Maria Montessori est l'héritière des idées pédagogiques de Jean-Jacques Rousseau. Elle nous convie à considérer l'enfant comme une personne complexe et fragile, dotée de savoirs insoupçonnés. Ses vues étonnent par leur fraîcheur et leur pouvoir d'éveiller en chacun l'enfant qu'il a été.

  • « Plus que jamais la paix reste à faire. Plus que jamais, peut-être, elle sera dans les prochaines décennies un enjeu de survie de l'humanité. Plus que jamais elle se fera dans la tête des hommes. Car la paix, comme l'avait bien compris Maria Montessori, n'est pas la non-guerre. Ce n'est pas seulement affaire de diplomatie, d'armée et de cessez-le-feu. Trop souvent les peuples qui gagnent la guerre perdent la paix qui suit, car les valeurs nécessaires pour gagner la guerre - simplification, obéissance aux ordres, clarté de la distinction entre amis et ennemis, etc. - n'ont rien à voir avec les valeurs nécessaires pour construire une paix durable - la capacité à admettre et comprendre la complexité, la capacité à coopérer avec l'autre, l'esprit critique, le sens du compromis, la perception aiguë de l'unité et de la diversité simultanée du monde. La paix est une science, un art, une culture. Pour Maria Montessori, la paix s'apprend. Dans la construction de la paix il n'est pas de petite chose et de petite échelle : ce qui se joue entre les femmes et les hommes, entre les enfants et les adultes, entre les enfants eux-mêmes, au niveau de la famille, de la classe, du quartier, se retrouve à l'échelle des rapports entre les nations. La tolérance, la capacité à reconnaître que l'autre est à la fois semblable à moi et digne des mêmes égards, et en même temps radicalement différent et digne du même respect, se pose à l'échelle des rapports interindividuels comme à l'échelle des rapports entre les civilisations et les religions. Il n'y a pas de petite échelle pour apprendre l'harmonie, il n'y a pas de petite échelle pour apprendre la tolérance. Maria Montessori écrivait il y a soixante ans : L'enfant a un pouvoir que nous n'avons pas: celui de bâtir l'homme lui-même.» - Pierre Calame

  • Voici le livre inédit en français que Maria Montessori a écrit en réponse aux demandes de milliers de parents et enseignants américains. Ce petit guide illustré (par l'auteur) sur l'utilisation des matériaux de classe Montessori, montre comment mettre en place un environnement favorable pour apprendre, dans lequel les enfants peuvent être leurs propres maîtres, et apprendre à leur propre rythme.
    Cadres pour le laçage et boutonnage, inserts en bois géométriques, cylindres sonores, lettres rugueuses, chiffres de couleurs : voici les éléments familiers de toute classe Montessori, aujourd'hui encore.
    Maria Montessori explique comment utiliser ces matériaux avec les enfants d'âge préscolaire pour stimuler leurs capacités. Ces outils d'apprentissage deviennent alors des "machines à enseigner" pour les jeunes enfants.
    Le rôle de l'adulte, que ce soit l'enseignant ou le parent, est de laisser l' enfant faire son expérience de l'apprentissage au contact de ces objets, percevoir ses propres erreurs.

  • En cette période où des réformes du système éducatif se donnent explicitement pour projet de respecter les rythmes des élèves en organisant l'éducation par cycle, il faut lire les textes de Maria Montessori. Avant bien d'autres, elle avait expérimenté et pensé une telle progression, en relevant le défi de créer des outils pour qu'enfants et adolescents apprennent par eux-mêmes et non en écoutant un enseignement. Après L'enfant (0 à 6 ans), elle développe dans cet ouvrage les trois cycles suivants, de l'écolier jusqu'à l'étudiant. Jeanne-Françoise Hutin, responsable d'une Ecole Montessori et présidente de l'Association pour la diffusion des idées Montessori, présente le livre et en souligne toute l'actualité.

  • Connue surtout pour sa méthode pédagogique touchant aux premières années de la scolarisation - à travers les « Maisons des enfants » dont la première a été créée en 1907 à Rome -, Maria Montessori (1870-1952) s'est également intéressée aux premières relations de l'enfant dans sa famille. Une réalité très sensible aujourd'hui où bon nombre de parents ne savent plus se situer dans une juste relation avec leurs enfants, qui puisse concilier respect et autorité.
    Ce livre rassemble les textes inédits d'une série de conférences données en 1923 à Bruxelles sur ce thème. Maria Montessori propose à sa manière un guide à l'intention des parents et éducateurs, pour éviter toute incompréhension ou tentation d'autoritarisme.
    L'essentiel des oeuvres pédagogiques de Maria Montessori est publié en français chez Desclée de Brouwer.

  • Première femme médecin d'Italie, Maria Montessori (1870-1952) a mis au point une méthode pédagogique qui connut rapidement le succès, mettant l'accent sur l'éducation sensorielle et la liberté active de l'enfant, dirigé sans contrainte par l'éducateur. Elle rappelle sans cesse l'importance primordiale de l'éducation : « C'est notre seule façon de bâtir un monde nouveau et de construire la paix. » Elle est l'auteur de nombreux best-sellers, tous édités aux éditions Desclée de Brouwer.

    Ce livre est constitué d'une série de cours que Maria Montessori donna en 1946 en Angleterre, où elle rentra avec son fils Mario après sept ans d'exil en Inde. Cette formation, dispensée six ans avant sa mort, révèle la grande sagesse de Maria Montessori : elle qui a voyagé autour du globe et observé intensément et scientifiquement une multitude d'enfants, aura passé sa vie à étudier, non pas uniquement la petite enfance, mais le développement humain dans son ensemble, c'est-à-dire, l'enfance, les années d'école primaire et l'adolescence.
    Cette série de 33 conférences, prises en note par l'une de ses assistantes, aura des répercussions pédagogiques immenses, en ce sens qu'elle est devenue le fondement des cours donnés par l'Association Montessori internationale (AMI).
    Cette formation complète était jusqu'ici inédite en français.

  • En 1943, la grande pédagogue Maria Montessori (1870-1952) donne une série de conférences à New Delhi, en Inde : c'est l'occasion pour cette inlassable militante d'une éducation nouvelle, tout orientée vers l'éveil et le développement de l'enfant, d'expliciter avec brio son point de vue.
    Dans un monde déchiré, en plein conflit mondial, marqué par un effondrement des valeurs qui n'est pas parfois sans rappeler celui que nous connaissons aujourd'hui, elle propose une méthode permettant au tout petit de grandir et de trouver sa place. Pour Maria Montessori, il ne s'agit pas seulement d'un destin individuel, mais aussi de l'avenir du monde. Aujourd'hui, dans de nombreux pays, des écoles mettent en oeuvre sa démarche pédagogique et des milliers d'éducateurs s'inspirent de ses grandes intuitions.

  • Qui suis-je ? Quel est mon rôle dans l'univers ? Vivons-nous seulement pour nous-mêmes ? Quel est le sens de notre combat quotidien ? La réponse constitue le programme de l'éducation du potentiel humain que Maria Montessori propose dans cet ouvrage, publié en 1948, pour aider les enseignants à comprendre les besoins des enfants âgés de 6 à 12 ans. Elle nous révèle ici le secret du succès de sa méthode : stimuler intelligemment l'imagination créatrice de l'enfant pour éveiller son intérêt, puis faire germer dans son esprit les graines de la science se rapportant toujours à une idée centrale et inspiratrice : le plan cosmique. Tout et tous se reconnaissent et se rejoignent dans celui-ci en servant le grand objectif de la Vie : travailler ensemble pour le bien commun.
    Tout en retraçant le récit passionnant de l'évolution de notre planète, de l'apparition des premiers hommes et des civilisations les plus anciennes, l'auteur souligne l'importance de la préparation des enseignants, thème central dans la pensée montessorienne : ceux-ci, dit-elle, doivent être au service exclusif de l'être humain tout entier, c'est-à-dire d'un homme en mesure d'exercer librement et de manière responsable sa volonté et son esprit critique, sans préjugés ni craintes d'aucune sorte. C'est en cela que réside l'actualité et la modernité de la pensée de Maria Montessori.

  • " L'adulte est véritablement aveugle à l'enfant ", écrivait Maria Montessori dans les années 1930.
    Bien avant Françoise Dolto, cette pionnière saluée par les grands esprits de son temps prend le parti de l'enfant et défend une représentation révolutionnaire de son développement. Qu'est-ce qu'un enfant ? Comment se développe-t-il dès la naissance ? Comment se construit en lui la confiance et l'estime de soi ? Comment lui apprendre à être, à penser, à agir, à " faire par lui-même ", pour reprendre sa formule érigée en slogan ? À toutes ces questions, Maria Montessori répond par une démarche propre : apprendre à observer l'enfant dès sa naissance dans les moindres détails, pour être en lien avec lui, pour cultiver cet art de la rencontre.
    C'est la clé de l'épanouissement de cet être en devenir. Plus que jamais, cette pédagogie reste à découvrir et à interpréter. C'est ce que Patricia Spinelli éclaire ici de manière tout à fait inédite, sous la forme d'un dialogue avec Karen Benchetrit. Une initiation très concrète et accessible à tous les parents et les éducateurs.

  • Ce volume reprend les travaux d'un colloque organisé du 1er au 3 mars 2011 par l'Institut Supérieur d'Etudes Oecuméniques (ISEO - Theologicum) en collaboration avec l'Institut protestant de théologie et l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge sur les enjeux que suscitent les mutations de la famille, question universelle qui prend cependant de multiples aspects.
    Le modèle de la famille traditionnelle peut paraitre aujourd'hui dépassé. Au-delà des modifications au sein du cercle familial, ce sont également la vie publique, le droit, les politiques familiales qui sont concernés par ses modifications.
    Ces changements, qu'expérimentent également les chrétiens au sein de leur famille, peuvent entrer en contradiction avec la conception chrétienne de la famille.
    Ce colloque proposé par l'ISEO, l'Institut protestant de théologie et l'Institut Saint-Serge, rassemble catholiques, protestants et orthodoxes, spécialistes des questions juridiques, politiques, théologiques, éthiques liées au couple et à la famille.

    Avec les contributions de Mgr André Vingt-Trois, Yves-Marie Blanchard, Louis Scweitzer, Mgr Maurice Gardès, Maria Panayotopoulos, Karsten Lehmkühler, Antoine Nouwav, Anne-Marie Reijnen, Philippe Bordeyne, Philippe Grenier...

  • Le témoignage d'une mère sur l'autisme de son fils, surnommé Pépin. Elle dévoile leur quotidien sans dissimuler l'angoisse, la lassitude et le doute mais également les moments de bonheur partagés au-delà de la maladie. De nombreuses citations, d'Aristote à J. Gréco en passant par le petit Pépin, émaillent son récit.

empty