Religion & Esotérisme

  • Qu'en est-il aujourd'hui, dans tous ses états, de la Réforme ? Qu'ont encore de commun luthériens, calvinistes, baptistes, évangéliques, pentecôtistes ? L'Écriture et la foi peuvent-elles se dissoudre dans le littéralisme et l'émotion ?
    En notre époque dominée par les émotions, l'enfer est, plus que jamais, pavé de bonnes intentions. La ferveur portée notamment par les protestants évangéliques prend des formes sympathiques, suscite des conversions, touche au coeur des milliers de croyants. Mais ne le fait-elle pas parfois au risque d'un appauvrissement, lui-même source de bien des égarements, voire de fautes lourdes ?
    Bibliste et théologienne protestante, Françoise Smyth lance ici un appel aux calvinistes et luthériens, pour qu'ils maintiennent vivante cette belle démarche que l'on nomme « exégèse ». Elle les encourage à revenir à l'intuition initiale de la Réforme, à lire le Livre avec un esprit de découverte et à rejeter les simplifications commodes qui nourrissent les clichés. L'analyse critique de la Bible, à la portée de tous, ouvre des fenêtres et affermit l'expérience intime de la relation à Dieu. Il peut s'agir de réapprendre à lire.
    Un livre engagé au coeur des mutations et des dérives du fait religieux aujourd'hui.

  • Voici un des meilleurs livres de Lytta Basset, dans une édition entièrement revue. Paru il y a plus de quinze ans, ce livre a connu un grand succès auprès des lecteurs. Il présente la colère comme étape nécessaire de la vie croyante et spirituelle.
    La colère, écrit Lytta Basset, est à considérer comme un moteur capable de transformer une énergie potentiellement dévastatrice en cette violence de vie qui accompagne le processus de toute naissance. L'auteure s'appuie sur les récits bibliques du combat de Jacob, de la plainte de Job ou de la colère de Jésus.Il existe ainsi une sainte colère, un espace à part où Dieu et l'humain peuvent s'affronter et se retrouver dans la nuit.

    Ajouter au panier
    En stock
  • En 1520, Martin Luther brûle la bulle lui signifiant son excommunication. Par ce geste, sa contestation menée jusqu'alors à l'intérieur de l'Église catholique se mue en protestation hors d'elle. Dans les années qui suivent, des mouvements de réforme deviennent la Réforme, la Réforme se transforme en protestantisme, la rupture en organisations et institutions, la protestation en pouvoirs, l'hérésie en nouvelles orthodoxies. Aujourd'hui, l'expansion de cet ensemble confessionnel dans le monde entier et, en particulier, la vitalité du mouvement évangélique contrastent avec les difficultés que le protestantisme rencontre dans un Occident de plus en plus sécularisé.
    En retraçant l'histoire du protestantisme, cet ouvrage interroge son rapport à une modernité qu'il a contribué à faire émerger et qui est à présent en crise.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Automne 1611 : de passage en France, un jeune étudiant protestant hollandais affine sa connaissance de l'arabe avec un musulman d'origine castillane rencontré en région parisienne. Thomas Erpenius, qui sera le premier professeur d'arabe de l'université de Leyde, découvre ainsi que la religion musulmane est d'une richesse insoupçonnée et que les théories médiévales au sujet de celle-ci ne sont pour la plupart que des légendes. À la fin des Lumières, le philosophe luthérien Gotthold Ephraïm Lessing fera quant à lui de l'islam un modèle de la religion naturelle de l'humanité, tandis que le pasteur et philosophe Johann Gottfried Herder chantera les beautés de la poésie islamique. Dès ses origines, la tradition protestante a été traversée par un intérêt récurrent pour l'islam, son prophète et son livre saint. De Luther à Herder et de Michel Servet à Pierre Bayle, Pierre-Olivier Léchot retrace l'histoire de cette passion protestante pour l'islam, qu'elle ait été faite d'angoisse et de répulsion ou de fascination et d'admiration. Un récit passionnant qui place au coeur de ce rapport protestant à l'islam l'étude du Coran et montre combien celle-ci fut déterminante dans la construction de l'identité protestante, y compris lorsqu'il en allait de l'interprétation du texte biblique lui-même.

  • Le culte protestant : une approche théologique Nouv.

    Comment les protestants rendent-ils leur culte à Dieu? Si les différents moments du culte sont fixés depuis longtemps, leur sens n'est pas toujours clair aujourd'hui, y compris pour les protestants eux-mêmes.

    Ce livre, qui réunit des auteurs divers autour des enseignants de la Faculté de théologie de l'Université de Genève, se propose de faire le point. Il reprend les différents moments liturgiques du culte, en interroge le sens et en sonde la pertinence pour la vie communautaire des croyants.

    Avec les contributions de Frère Alois, Hans-Christoph Askani, Simon Butticaz, Leopoldo Cervantes-Ortiz, Christophe Chalamet, Meehyun Chung, François Dermange, Andreas Dettwiler, Olivier Fatio, Chris Ferguson, Michel Grandjean, Angela Dienhart Hancock, Nico Koopman, Jean-Daniel Macchi, Félix Moser, Élisabeth Parmentier, Bernard Rordorf, Vincent Schmid, Sarah Scholl, Sarah Stewart-Kroeker, Ueli Zahnd et Benoît Zimmermann.

  • Ce livre est né d'un étonnement surgi à la lecture d'un magnifique sermon de Maître Eckhart (l'un des prestigieux représentants de la mystique rhénane, XIIIe-XIVe siècle), qui offre pour l'époque une lecture totalement inédite du rapport entre l'action et la contemplation. La question vaut toujours, à l'heure où de multiples voies s'offrent à nous, cherchant à réconcilier spiritualité et militantisme. Méditant le célèbre épisode relaté dans l'évangile de Luc où les soeurs Marthe et Marie accueillent Jésus chez elles, le théologien rhénan suggère que c'est Marthe, la très entreprenante, qui enseigne à Marie, perdue dans son assise, la vérité du chemin spirituel.
    Dans cette relecture admirative du grand mystique rhénan, Francine Carrillo souligne toute l'actualité de ces pages et relève qu'en nous ouvrant à la liberté d'être « avec le souci, non dans le souci », les deux soeurs nous convient en définitive à cultiver la fécondité de ce que François Cassingena-Trévedy rassemble sous une appellation inédite : la « contempl-action » !

  • « Un tout petit livre si l'on considère le papier, mais qui contient la somme entière de la vie chrétienne si l'on en comprend le sens » : ainsi Luther présente-t-il en 1520 De la liberté du chrétien. Ce traité appelle à une libération politique et religieuse célébrée depuis comme l'essence de la Réforme. Mais qu'est-ce que cette liberté, au coeur de la théologie luthérienne, qui rend à la fois seigneur et serviteur ? Comment peut-on être libre sans libre arbitre ? La réponse est à chercher selon Luther dans une enquête sur la foi et sur la Parole de Dieu.

    L'entreprise du réformateur est solidaire d'une réflexion sur la langue : De la liberté du chrétien trouve son complément dans les Préfaces à la Bible, minutieuses explications de la Parole de Dieu, de son vocabulaire et de son style. Ce premier traité de philosophie en langue allemande constitue l'une des matrices de la philosophie moderne.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Martin Luther (1483-1546) fut l'homme d'un combat singulier contre l'Église. Excommunié, puis mis au ban de l'Empire romain germanique à cause de ses convictions, il persista à défier le pape en considérant la Bible comme seule source légitime d'autorité pour le croyant. Mais son principal combat fut spirituel : c'est contre l'image déformée de Dieu que Luther s'est battu, celle d'un Dieu lointain et sévère, un juge implacable ? en réalité l'ennemi de Dieu, qui détourne l'homme de sa Parole. De sa confrontation passionnée avec les Écritures, il comprit que la justice divine n'est pas d'abord la justice qui condamne les hommes, mais celle qui les sauve. Il prêcha alors inlassablement un Dieu de grâce, dont la Parole libère et qui offre à l'homme le salut, sans qu'il ait à le mériter par ses oeuvres. Telle est la clé de voûte de la théologie luthérienne, par laquelle non seulement la prédication mais encore l'Église de l'époque ont été renouvelées en profondeur.

    Ajouter au panier
    En stock
  • L'ouvrage détaille les grands axes théologiques du protestantisme en s'attachant à son discours et à ses règles, puis analyse ses pratiques dont ses rapports particuliers avec la Bible ainsi que son style marqué par la pluralité, la liberté et la simplicité. Avec une présentation de théologiens et des repères chronologiques.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Mémoires

    André Trocmé

    Ce texte souvent cité par extraits, jamais publié ni même lu dans son intégralité, propose un parcours des deux premiers tiers du XXe siècle à travers la vie d'un acteur majeur du protestantisme français et international. André Trocmé (1901-1971), issu d'une famille germano-française d'industriels du textile dans le nord de la France, a connu l'occupation de sa région au cours de la Première Guerre mondiale et y est devenu à jamais pacifiste. Après des études de théologie durant un an à New York après l'obtention de son diplôme à Paris, il vit pleinement l'expérience du Christianisme social.En 1934, il devient pasteur du Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire. Il y fonde en 1938, avec son collègue Édouard Theis, l'École nouvelle cévenole (futur collège Cévenol), un lycée d'enseignement protestant, d'abord destiné aux enfants des pasteurs et aux jeunes du plateau. L'établissement devient à partir de 1940 une maison de refuge pour des enseignants et des élèves étrangers, le plus souvent juifs. Au même moment, André Trocmé, avec sa femme Magda, s'impose comme le chef d'orchestre de l'accueil de plusieurs centaines de Juifs au Chambon-sur-Lignon et sur le plateau. Il tient tête aux autorités de Vichy, et est emprisonné pendant un mois en 1943, avant de devoir passer à la clandestinité jusqu'à la Libération.Son autobiographie offre un document de première main sur ces années qui ont valu au Chambon-sur-Lignon la reconnaissance de l'Institut Yad Vashem, en Israël, et une notoriété mondiale. Au lendemain de la guerre, André Trocmé s'installe à Versailles pour y diriger la branche européenne du Mouvement international de la Réconciliation, avant de terminer sa carrière pastorale à Genève. Il a été reconnu Juste parmi les nations, comme son épouse.L'introduction, l'édition et les notes sont l'oeuvre de l'historien Patrick Cabanel (EPHE, Paris), spécialiste des Justes parmi les nations et de l'accueil des Juifs dans les Cévennes comme au Chambon-sur-Lignon.

  • Cette anthologie est constituée de textes poétiques d'auteurs protestants ou assimilés (Marot, Bèze, Aubigné, Du Bartas, Drelincourt, Peyrat, Siefert, Dadelsen, Eigeldinger, Chessex, etc.) mais aussi de textes sur le protestantisme d'auteurs non protestants (Voltaire, Hugo, Vigny, Pierre Emmanuel, etc.) ainsi que de textes résolument antiprotestants (Ronsard, Baudelaire, Verlaine, Claudel, etc.).
    Une introduction retrace l'évolution des liens entre protestantisme et poésie française, en partant du deuxième tiers du XVIe siècle, dominé par la constitution du Psautier huguenot, le troisième tiers marqué par les guerres de Religion, le XVIIe siècle relativement apaisé de l'Édit de Nantes, le XVIIIe douloureux de la Révocation de l'Édit de Nantes, le XIXe revisitant l'histoire du protestantisme et les XXe et XXIe animés par les poètes suisses.
    /> Cet ouvrage adopte un classement thématique: Bible (poèmes présentés selon l'ordre des livres bibliques), Histoire (selon la chronologie des événements cités dans les poèmes), et Liturgie (ce qui relève du cultuel).

  • Nos racines juives

    Antoine Nouis

    • Bayard
    • 21 Février 2018

    « Je crois aux racines juives parce que je crois que Jésus de Nazareth est la réalisation d'une attente qui a été portée par des générations de croyants. Si Jésus n'est pas le fruit de cette attente, tout le Nouveau Testament est mensonge. » Le christianisme a vite fait de renvoyer l'ancien testament au passé, comme le brouillon du nouveau qui serait l'ultime témoignage.
    En retrouvant « nos racines juives », le bibliste Antoine Nouis nous révèle toute l'importance du premier testament, véritable fondation des évangiles.
    Plus encore : la connaissance de la tradition juive, du talmud et de la pensée rabbinique font entrer dans un formidable héritage qui vient nourrir notre pensée, notre humanité, notre foi.

  • L'idée de Reformatio a toujours été présente dans la chrétienté, mais jusqu'au XVIe siècle elle s'attachait aux moeurs et non à la doctrine. Luther, Zwingli ou Calvin en ont proposé un renouvellement dogmatique en donnant à Jésus un rôle central, en insistant sur la toute-puissance de la grâce et la souveraineté de l'Écriture, et en affichant la même hostilité envers le « papisme », autrement dit envers Rome et sa puissance temporelle.
    C'est l'histoire de la Réforme et de la fin de l'unité de l'Église que retrace Pierre-Olivier Léchot à l'occasion des 500 ans de l'affichage (supposée), le 31 octobre 1517, des 95 thèses de Luther contre les portes de la chapelle de Wittemberg, geste réformateur et révolutionnaire qui, avec l'aide de l'imprimerie récemment inventée, fit entrer l'Occident dans la modernité.

  • Après le succès du livre Lettre à mon gendre agnostique pour lui expliquer la foi chrétienne, Antoine Nouis propose cette fois de rendre accessible les spécificités de la foi protestante, et ce qui la différencie du catholicisme. Il retrace en même temps l'implantation puis l'histoire du protestantisme en France et son importance, souvent méconnue. Enfin il montre l'actualité et la pertinence de la foi protestante, ses points de convergences et parfois de divergences avec la tradition catholique, et comment les deux traditions peuvent se nourrir l'une de l'autre.

    Un livre court, clair et brillant, qui donne un éclairage nouveau sur le protestantisme contemporain.

  • En lien avec les musées du protestantisme de France et de Genève, l'historien Patrick Cabanel a sélectionné des oeuvres, tableaux, gravures, photographies et autres objets qui sont prétexte à évoquer les grandes pages de l'histoire du protestantisme français. Bien plus qu'une histoire illustrée, ce livre est d'abord celui d'une découverte. Jamais il n'y a eu de beau livre sur le protestantisme, confession iconoclaste qui a fait au XVIe siècle une véritable guerre aux images. Paradoxe ?

    C'est pourtant avec les illustrations majeures présentées ici que s'est forgée l'identité protestante française. Beaucoup plus que des images, elles montrent dans une fascinante mise en perspective comment histoire et mémoire se sont façonnées et construites. Le protestantisme français porte une histoire de résistance et de conquête de la liberté qui, bien au-delà de la France, a marqué l'Europe.

    Voici un livre qui s'ouvre comme un album de famille, avec ses joies, ses peines, ses erreurs, ses souvenirs enfouis, ses oublis, ses moments glorieux, mais aussi sa constance et sa fidélité : une réflexion sur le monde, qui continue de s'écrire.

  • " Une oeuvre éprouvée, fruit d'une élaboration collective, issue d'une conversation constante...
    Malgré son épaisseur, ce "catéchisme" se découvre inachevé. Chaque étape se termine, non sur des réponses, mais sur des questions. Il communique une envie contagieuse de parler à son tour. Le mot catéchisme voudrait retrouver son sens originaire, totalement oublié : ni enseigner, ni répéter des phrases gravées sur le papier, afin de l'être ensuite dans les esprits, non pas articuler et ajuster réponses sur questions, mais faire retentir...
    ". D'un accès facile par ses multiples entrées et la large utilisation d'exemples sous forme de mini-récits, voici un livre qui aborde toutes les grandes questions de la foi et de la vie chrétienne. Un catéchisme n'est pas un enseignement qui s'élabore dans le calme d'une bibliothèque mais au gré des rencontres qui jalonnent une vie : ces dialogues ont conduit à cette deuxième édition, entièrement refondue.
    Largement utilisé pour la Formation des laïcs et l'animation, ce livre a déjà été l'objet de plusieurs réimpressions. Un succès mérité.

  • Les thèses réformatrices de 1523 et leurs commentaires sont de beaucoup le texte le plus important et le plus volumineux de Zwingli. Il est aussi le tout premier manifeste de ce qui allait devenir la branche proprement réformée du protestantisme.
    Enfin traduit en français, ce document laisse transparaître nettement ce qui a d'emblée distingué le courant réformé du courant luthérien. Zwingli l'a écrit en moyen haut allemand de l'époque, à destination de ses anciens paroissiens de Glaris, pour les mettre au courant des discussions et controverses qui avaient précédé la dispute au terme de laquelle Zurich est passé à la Réforme, et tenter de les y rallier à leur tour.
    Il l'a fait avec une liberté de ton, un mordant, voire une manière populaire de dire et envisager les choses qui font de ce document un témoin important et savoureux de ce qui s'est joué au XVIe siècle.

  • Le livre de Josué pourrait compter parmi les livres les plus encourageants de la Bible puisqu'il évoque la réalisation de la promesse faite à Abraham. Le problème, c'est que la conquête est organisée selon des modalités qui sont inacceptables pour un lecteur moderne dans la mesure où Dieu déclare une purification par le vide des villes conquises.
    À la différence d'une approche littéraliste, l'ambition de cette lecture biblique n'est pas de transmettre un savoir absolu, mais de toujours garder ouverte la question de Dieu afin de cultiver sa quête spirituelle. La question n'est pas le contraire de la foi, elle en est la vitalité, car elle suppose qu'il y a encore une réponse à découvrir.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Les branches du protestantisme mondial et français sont multiples et les protestants d'aujourd'hui essentiellement évangéliques, sont les plus dynamiques et en constante expansion dans le monde !

    Cet ouvrage de référence, écrit par le pasteur Eric Denimal, se propose de faire le tour de la question, depuis les précurseurs de la Réforme et le grand schisme reconnu par Rome au concile de Trente, jusqu'au protestantisme d'aujourd'hui. Comment les protestants vivent-ils leur foi ? Quelles sont les spécificités du culte protestant ? Qu'est-ce qui sépare le catholicisme du protestantisme ? Quelles sont la place et les positions sociétales des Eglises protestantes du XXIe siècle ?

    À noter : du 27 au 29 septembre 2013 aura lieu l'événement "Protestants en fête" avec un immense culte en commun à Bercy comme point d'orgue de la manifestation (près de 20 000 personnes attendues).

  • Religion vivante, le protestantisme ne cesse de nourrir l'actualité. De Luther aux évangéliques, ce livre présente l'histoire, les grandes figures et les principaux courants du protestantisme. En soulignant les traits caractéristiques de la foi et de la pensée protestante, il rend compte de leur influence sur la société. Complet, clair et accessible, il offre un panorama unique de la culture protestante.

  • Moïse était à la fois le libérateur qui a conduit le peuple sur les chemins de la liberté, l'intercesseur qui a porté le peuple devant Dieu, le prophète qui a reçu la Torah et qui l'a transmise, et le chef qui a organisé le peuple en le dotant d'institutions avec l'établissement de juges, de prêtres et d'anciens.
    Son histoire nous rejoint en ce qu'elle exprime les grandes questions de notre humanité: Le rapport entre la justice et la miséricorde, la quête de libération, le prix de la liberté, la fondation des institutions, le rapport au pouvoir, la rencontre de l'ingratitude, la peur de la mort... La tension entre les exigences de la libération et la tentation du retour en arrière dans les catégories de la servitude est universelle.

    Ajouter au panier
    En stock
  • De la Réforme à nos jours, quelles personnalités protestantes ont participé à la construction de la France ? Quel a été le sens de leur action, et à quels moments se sont-ils signalés ?
    Pour répondre à ces questions, Frédérick Casadesus dessine ici douze portraits de protestants sans qui notre pays ne serait pas devenu ce qu'il est : le brillant théologien, Jean Calvin ; la protectrice des arts et des humanités, Marguerite de Navarre ; le roi converti au catholicisme, Henri IV ; le fondateur de La Gazette, premier journal français sous le règne de Louis XIII, Théophraste Renaudot ; la courageuse prisonnière de la tour de Constance, Marie Durand ; l'infatigable défenderesse des Lumières, Mme de Staël ; le célèbre architecte de Napoléon III, le baron Haussmann ; le plus grand ministre de Louis-Philippe, François Guizot ; un des pères fondateurs de la laïcité, Ferdinand Buisson ; l'illustre résistant assassiné par la Milice, Jean Zay ; l'implacable homme d'État et opposant de François Mitterrand, Michel Rocard ; sans oublier le génial cinéaste de la Nouvelle vague, Jean-Luc Godard.
    Humanistes, artistes ou républicanistes, tous ont servi la plus grande gloire de notre roman national. Une fresque passionnante !

  • Les fractures protestantes en Suisse romande au XIXe siècle Nouv.

    À l'heure actuelle, les Églises protestantes sont devenues des acteurs minoritaires dans nos sociétés sécularisées et elles n'encadrent plus qu'une petite partie de la population; il est facile d'oublier qu'elles ont été centrales dans l'histoire des cantons protestants romands, bien qu'elles aient vécu des fragmentations et divisions, qui ne furent pas anodines.

    Afin de comprendre l'histoire culturelle et politique de nos sociétés ainsi que le présent des communautés religieuses, se saisir de ces fractures religieuses du XIXe siècle permet de comprendre ce que la modernité fait de la religion, ce que les principes de liberté individuelle font au christianisme, et, à l'inverse, ce que la religion fait à la modernité. Ni l'histoire de la culture occidentale, ni celle des institutions démocratiques ou de la société civile, ni l'histoire de l'art, ni, a fortiori, celle du christianisme, ne peut se passer d'un détour par les conflits et les scissions religieuses du XIXe siècle.

    Cet ouvrage, en réunissant de manière interdisciplinaire les dernières études touchant aux causes et aux effets liés à la formation des Églises libres/indépendantes de Genève (1849-années 1940), Neuchâtel (1874-1943) et Vaud (1847-1966), veut amorcer un renouvellement du regard historique sur cette période et ses effets. L'objectif est de fournir les bases d'une histoire à la fois religieuse, sociale et politique des protestantismes romands au XIXe siècle, en traitant conjointement les questions institutionnelles et les dimensions culturelles, philosophiques et théologiques.

    Avec les contributions de Frédéric Amsler, David Auberson, Jean-Pierre Bastian, Patrick Cabanel, Roland J. Campiche, Cédric Cotter, Nathalie Dahn, Christian Grosse, Irène Herrmann, Aline Johner, Philippe Kaenel, Valérie Lathion, Jean-François Mayer, Olivier Meuwly, Maria-Cristina Pitassi, Bernard Reymond et Sarah Scholl.

empty