Littérature générale

  • Ce roman est le compte rendu à la fois nostalgique et espiègle de la randonnée qu'effectua Stevenson avec une ânesse obstinée dans les Cévennes en 1878. Tandis que l'animal réinvente, à mesure de sa fantaisie, le chemin du voyage, son maître se prend peu à peu aux joies de l'errance. Eloge de la lenteur et du goût pour l'inutile, Voyage avec un âne dans les Cévennes nous invite "à voir le monde comme une bohème non pas vraiment raffinée, mais glorifiée et pacifiée" (Henry James).

  • Ce précieux document était devenu introuvable depuis près de cinquante ans ! À partir du conflit exemplaire entre Sébastien Castellion (1515 - 1563) et Calvin, Stefan Zweig nous fait vivre un affrontement qui déborde de beaucoup son cadre historique. Cette cause nous intéresse tous : liberté et tolérance contre intégrisme.Si Stefan Zweig finit de rédiger ce texte prémonitoire en 1936, en pleine montée du fascisme, il faut y voir un sens profond. En effet, comment ne pas faire le rapprochement entre la ville de Genève et l'Allemagne nazie, entre Calvin et Hitler, les sbires de Farel et les hordes hitlériennes ?Quelques décennies plus tard, fanatisme religieux et résurgence des extrêmes droites doivent à nouveau nous ouvrir les yeux. Cet écrit polémique devient alors une charge d'une force redoutable.

  • Sur le point de savoir si les quatre-vingt-quinze thèses de Luther sur «la vertu des indulgences» ont bien été affichées à Wittenberg le 31 octobre 1517, tout le monde n'est pas du même avis. Mais ce sur quoi, cinq cents ans plus tard, on peut s'accorder, c'est sur les conséquences de cet affichage réel ou supposé : l'étincelle (probablement) allumée ce jour-là allait bouleverser le paysage religieux, politique, social, intellectuel, littéraire et artistique de l'Europe.
    L'édition des oeuvres de Luther dans la Pléiade fait apparaître la diversité de ses écrits, qui reflète celle de ses centres d'intérêt. Le premier volume proposait des textes se rapportant aux débuts du mouvement évangélique. Dans le second, qui regroupe des ouvrages composés entre 1523 et 1546, un nouveau Luther se fait jour. Depuis 1522, il s'est définitivement installé à Wittenberg. Il se consacre à l'enseignement, à la prédication et, de façon incessante, à l'écriture.
    L'établissement dans la durée du mouvement évangélique est loin d'être simple. Les conceptions luthériennes furent contestées de divers côtés. Luther répond aux objections, aux approches spiritualistes ou «enthousiastes» de ses opposants comme à celle des théologiens fidèles à l'Église romaine. Le rapport qu'entretiennent les chrétiens avec l'Ancien Testament fait partie de ses préoccupations. Son attitude à l'égard des juifs devient de plus en plus dure.
    Plus que jamais il se montre attentif aux problèmes socio-politiques. La guerre des Paysans puis les tensions entre les États protestants et l'empereur l'incitent à traiter de la résistance à l'autorité. Il s'inquiète de savoir si un chrétien peut être soldat. Il dit son attachement à une paix laissant libre cours à l'Évangile, tout en concédant aux princes protestants le droit à une légitime défense. Il se prononce aussi sur la menace que font peser les Turcs.
    Le requièrent sans cesse les problèmes liés à l'éducation, voire à la «culture». Son enseignement le conduit à élaborer des séries de thèses qui font l'objet de débats académiques. L'une d'elles expose sa conception de l'homme. Son traité de 1527, Si l'on peut fuir devant la mort, développe des considérations éthiques dans quoi le lecteur du XXIe siècle reconnaîtra parfois ses propres interrogations.
    Luther est enfin poète. Il écrivit trente-six cantiques, dont plusieurs nous sont familiers : Bach les a mis en musique. L'un des plus célèbres, Ein feste Burg ist unser Gott, «C'est une solide forteresse que notre dieu», lui a fourni le texte de sa cantate BWV 80, destinée à la fête de la Réforme 1724 - célébrée, selon l'usage, le 31 octobre.
    Sur les quarante-deux écrits rassemblés dans ce volume, sept ont été traduits du latin, trente-cinq de l'allemand, une langue sur laquelle Luther imprima sa marque, faite de clarté, de simplicité, et de cette verve peu commune qui l'a fait qualifier de «Rabelais allemand».

    Trad. de l'allemand et du latin par Matthieu Arnold, Jean Bosc, Albert Greiner, Franck Gueutal, Hubert Guicharrousse, Frederic Hartweg, Gustave Hentz, Pascal Hickel, Pierre Jundt, Charles Kohser, Georges Lagarrigue, Nicole de Laharpe, Annemarie et Marc Lienhard, Daniel Olivier, Patrice Veit et Michel Weyer. Édition publiée sous la direction de Matthieu Arnold et Marc Lienhard avec la collaboration de Jean Bosc, Albert Greiner, Franck Gueutal, Hubert Guicharrousse, Frederic Hartweg, Gustave Hentz, Pascal Hickel, Pierre Jundt, Charles Kohser, Georges Lagarrigue, Nicole de Laharpe, Annemarie Lienhard, Daniel Olivier, Patrice Veit et Michel Weyer.

  • Les oeuvres réunies dans ce volume furent écrites pendant des années décisives pour l'histoire de la Réforme : entre 1515 et 1523. Rédigées tantôt en latin, tantôt en allemand, pour certaines inédites en français, elles relèvent de divers genres littéraires et traitent de problèmes religieux et philosophiques, mais aussi sociaux : le commerce et l'usure, ainsi que la question de la légitimité de la violence et la conduite à tenir envers l'autorité temporelle.
    Les premiers écrits présentent un Luther théologien, ferraillant avec la scolastique de facture aristotélicienne afin de réinstaurer le primat de l'Ecriture sur la philosophie et sur la tradition, de la foi et de la grâce sur le moralisme. Puis surviennent la querelle des Indulgences et le conflit avec Rome, qui ira se durcissant, jusqu'à l'excommunication de Luther le 3 janvier 1521. On assiste alors à une accélération dans la remise en cause de la doctrine de l'Eglise catholique romaine.
    Des troubles sociaux s'ensuivent, vis-à-vis desquels Luther sait se montrer prudent et pondéré, ainsi que des excès dans le bouleversement de la liturgie, que le Réformateur veut réfréner au nom du respect des consciences. Ainsi s'est déployé un épisode capital non seulement pour la chrétienté, mais pour la compréhension de la modernité.

  • «Je m'étudie à disposer par ordre ce que je dis, afin d'en donner plus claire et facile intelligence», écrivait Calvin. Ainsi a-t-on fait dans ce volume, qui voudrait faire redécouvrir ou (soyons francs) découvrir une oeuvre à facettes. Au sommaire, plusieurs sections : Calvin théologien, prédicateur, pédagogue, polémiste, épistolier, associé à la mise en place de structures sociales, économiques ou politiques appelées à se développer pendant des siècles, Calvin «autobiographe» aussi, même si le mot est infidèle à ce que sont vraiment les textes dans lesquels l'homme transparaît derrière le réformateur. Et au-delà de ces facettes, une constante : Calvin écrivain, l'un des créateurs de la langue française classique, l'inventeur d'un art d'écrire qui forme une «rhétorique de la simplicité», le maître d'un style qu'un de ses plus farouches détracteurs qualifiait, à regret, d'«éloquent et admirable», et sans la ravageuse efficacité duquel ses idées n'auraient pas eu l'influence (immense) qu'elles ont exercée sur la société et la culture modernes. Il y a une légende noire de Calvin, le bourreau de Michel Servet, le chasseur de sorcières, l'organisateur de la théocratie genevoise... et il y a la réalité complexe, contrastée, d'un homme qui, par-delà les luttes dont sa vie fut émaillée, voyait la «vraie et certaine sagesse» dans une double connaissance : celle de Dieu, celle de soi. Calvin est né en 1509. Cinq cents ans plus tard, tâchons de lui rendre toute sa complexité.

  • Wanted Louise est un avis de recherche. Celle qui le lance, Chris, est écrivaine, mère et grand-mère, dans l'ordre de ses priorités. Depuis que sa fille Louise a disparu de la circulation, quittant son foyer sans explication, Chris se retrouve flanquée de deux petits-fils et d'un gendre désemparé. Alors qu'elle se débat avec ses nouvelles obligations, Ludmila fait irruption dans sa vie. Cette vieille femme étrange est venue lui confier son histoire, celle d'une adolescente qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, est poussée dans la Résistance par sa mère. Le récit de Ludmila réveille chez Chris un irrépressible besoin d'enquêter et de raconter. Elle se lance à corps perdu dans ce travail, au détriment de sa propre famille - à moins que la clé de la disparition de Louise ne se trouve justement dans les pages qu'elle est en train d'écrire.Roman à suspense en même temps que portrait sensible de femmes fortes, Wanted Louise confirme le talent de Marion Muller-Colard pour dire la complexité du sentiment maternel et la difficulté à communiquer avec ceux qu'on aime.

  • « Je suis vie qui veut vivre, entouré de vie qui veut vivre. » Précurseur de l'écologie, Albert Schweitzer a été le premier à utiliser la formule du « respect de la vie » pour fonder une éthique qu'il voulait élémentaire et universelle. Le respect de notre propre vie et de celle des autres sont deux choses absolument inséparables, telle est la prise de conscience qui devrait s'imposer de façon claire et immédiate à chacun d'entre nous.
    Théodore Monod présentait son ami le Dr Albert Schweitzer, « tour à tour musicien, théologien, penseur et médecin », comme « l'un de ces hommes qui aujourd'hui empêchent quand même de désespérer tout à fait de l'humanité ».
    Pour la première fois, les textes fondamentaux d'Albert Schweitzer sont réunis en un recueil qui dévoile sa pensée écologique visionnaire.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Faire mieux connaître la pensée indienne et son évolution, les problèmes qu'elle envisage, les positions qu'elle défend, les grandes personnalités qui l'ont incarnée, tel est le but de ce livre. Prix Nobel de la paix en 1953, Albert Schweitzer (1875-1965) mena plusieurs vies sans se laisser enfermer dans aucune. Pasteur à Strasbourg, professeur à l'université, théologien, il fonda au Gabon un hôpital mondialement célèbre.
    Mais au sein de la forêt vierge, il resta un homme universel, à l'écoute de la terre entière. Preuve en est ce livre, initiation à la pensée hindoue, mais aussi méditation personnelle sur les grandes questions de la vie humaine.

    Ajouter au panier
    En stock
  • France, dix-septième siècle. La révocation de l'Édit de Nantes pousse certains à l'exil, tel François Leguat (1638-1735), huguenot forcé de quitter ses terres à l'âge de cinquante ans. Le destin de cet homme croise dès lors des contrées opposées et éloignées : Hollande, Mascareignes, île Maurice, Indes néerlandaises, Angleterre... Tour à tour gentilhomme des plaines de Bresse, aventurier de l'océan Indien et patriarche des bas-fonds de Londres, Leguat passera de l'Éden originel à la cité de l'Apocalypse. Nicolas Cavaillès s'empare littérairement de la vie de ce personnage hors-norme, y entremêlant quête spirituelle, découverte d'un monde inexploré et violence de l'être humain.

  • Pasteur, Gérard Janus est inspecteur ecclésiastique au sein des églises luthériennes d'Alsace. Né en 1964, il est originaire de Mackwiller, un petit village d'Alsace Bossue.
    Son récit a commencé comme une quête familiale ; son père, Werner, son grand-père paternel, Georges, qui a subi l'épuration nazie... Assez rapidement, de découverte en découverte, ce récit en a croisé un autre : l'histoire « qui ne passe pas », selon l'expression des historiens allemands. Et les secrets bien gardés de l'Église luthérienne d'Alsace lors de l'Annexion.
    Aujourd'hui, en pasteur mais aussi simplement en homme, Gérard Janus livre les découvertes qu'il a extraites de la demeure du silence. Ses révélations, livrées sans volonté de nuire, nourriront tous ceux qui souhaitent élucider ce passé et apaiser l'avenir.

  • Après Respect de la vie (1996), L'Esprit et le Royaume (2015) et Psychopathologie du nationalisme (2016), Ainsi parlait Albert Schweitzer est le 4 e volume de textes de Schweitzer publié par Arfuyen.
    Le 50e anniversaire de sa mort en 2015 a été le point de départ d'une prise de conscience de l'importance de la figure et de l'oeuvre de Schweitzer pour notre époque. Écrivain, philosophe, spécialiste de l'éthique, conférencier, théologien, historien des religions, musicien, biographe de Jean- Sébastien Bach.
    Mais aussi inventeur de l'action humanitaire, adversaire acharné de l'arme nucléaire et théoricien de l'écologie la plus ouverte avec son concept clé de « Respect de la vie », inspiré du principe d'ahimsâ (« non-violence ») de l'hindouisme et du bouddhisme. Et, aussi, pour corriger une absurde idée reçue, ardent pourfendeur du colonialisme.
    Né cinq ans après l'annexion de l'Alsace par le Reich allemand et victime des nationalismes de chaque rive du Rhin, Schweitzer a écrit l'ensemble de son oeuvre dans la langue qu'il a apprise à l'école, l'allemand, la langue de ses parents étant l'alsacien.
    Nombre de ses ouvrages étant aujourd'hui indisponibles en français ou dans des traductions médiocres, ce volume Ainsi parlait Albert Schweitzer permet de disposer d'une synthèse de sa pensée dans des traductions entièrement nouvelles et en édition bilingue.

  • Finalement, on parle peu des pauvres, des humbles, des miséricordieux, des coeurs purs car dans la surmédiatisation ambiante, leurs vies peuvent paraître fade et sans intérêt.
    Pourtant, comme le montre cette biographie d'une jeune cévenole, engagée dans l'Armée du Salut puis infirmière à Genève, ces histoires peuvent être passionnantes, émouvantes, étonnantes de rebondissements, riches d'échanges et d'expériences.

    Avec sa verve habituelle, Nelly Duret nous emporte dans un tourbillon d'anecdotes sensibles et savoureuses et nous fait partager le parcours de cette orpheline modeste dont la vie fut consacrée à aider les autres.

  • Autobiographie

    Martin Luther King

    • Bayard
    • 19 Mars 2015

    Ce livre est le premier à avoir rassemblé les écrits du célèbre pasteur noir assassiné le 4 avril 1968. Il raconte la vie et le combat d'un des personnages politiques les plus importants du XXe siècle à travers sa propre vision des événements. On le découvre, jeune étudiant blessé par la ségrégation contre laquelle il va s'insurger, puis tribun enflammé, dirigeant du Mouvement pour les droits civiques, mais aussi époux amoureux et père attentif.
    On l'entend dénoncer l'impérialisme, la discrimination raciale, l'oppression économique et raconter ses rencontres avec Gandhi, Malcolm X, Kennedy...

  • Entre le 12 et le 15 octobre 1518 à Augsbourg, en Allemagne, un moine en mal d'Évangile et un cardinal venu de Rome se rencontrent. À trois reprises, ils tentent de débattre, mais très vite l'entretien tourne au dialogue de sourds. Seule confrontation directe, la rencontre entre Luther et Cajétan constitue le premier acte d'une des grandes tragédies de l'histoire, le déclenchement de la Réforme protestante. L'événement va changer à jamais le destin de la chrétienté et de l'Europe. C'est ce choc décisif qu'Anne Soupa a choisi de raconter à travers ce roman où s'affrontent deux figures de croyants. Ce jour où Luther a dit non à Rome, qui le somme de se rétracter. Au-delà du seul contact des personnalités, il s'agit en effet d'enjeux bien plus vastes : le pape ou l'empereur, la Bible ou l'Église, l'obéissance ou la conscience, les oeuvres ou la foi. Autant de questions qui agitent alors en profondeur Luther et ses contemporains. Ces pages vivantes restituent les débats qui accompagnèrent la Réforme et nous rejoignent jusqu'à aujourd'hui. Entre Luther et l'Église, faut-il choisir ? Ou plutôt tout tenir uni, comme deux facettes d'un même art de croire ?

  • La nuit du 24 Juillet 1702 fut une grande nuit pour l'abbé Du Chaila.
    Ce fut la nuit où il restitua tous ses prisonniers huguenots, la nuit où il rendit son âme au Dieu qu'il avait servi sa vie entière, la nuit où il fut élevé au rang de martyr, la nuit où la fameuse guerre des Cévennes pour la liberté de conscience fut déclenchée.
    Ce fut la nuit des Camisards.

    Une pièce qui nous plonge dans un monde de certitudes, de doutes, de violence, de failles : le récit haletant de personnages emportés par une histoire qui les déchire et les transcende tout à la fois.

  • Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas communiste.
    Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n'ai rien dit, je n'étais pas social-démocrate.
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas syndicaliste.
    Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester.

    Martin Niemöller passa 8 ans en camp de concentration sur ordre de Hitler auquel il s'était opposé à partir de 1934. Ancien officier nationaliste de sous-marin allemand durant la Grande Guerre devenu pasteur par refus de tuer des innocents, il est au début attiré par les thèses du parti nazi mais réalise très vite la perversion du national-socialisme et organise, avec Dietrich Bonhöffer, la dissidence anti-régime et la résistance d'une partie de l'église allemande.
    Arrêté en 1937 et enfermé à Sachshausen puis Dachau, il sera libéré par les Américains en avril 1945

  • Avril 1525, Luther se fiance. Juin 1525, il se marie.
    Durant cette courte période, des hordes de paysans se battent pour élargir leurs droits, et ce au nom de Luther qui désapprouve pourtant ces soulèvements. Mêlant histoire et fiction, alternant la voix du père du protestantisme avec celle de Sophia Keygler, personnage trouble au destin étrange dont la venue dans un petit village d'Alsace est mystérieuse, Sonia Pelletier-Gautier nous plonge dans l'intimité de l'homme au combat ambigu, guidé par la Parole divine, et écrit une grande épopée romanesque qui happe le lecteur en lui faisant vivre les événements de ce siècle si riche et mouvementé à travers deux destins pour le moins fascinants. Une superbe épopée romanesque dont on aimerait qu'elle n'ait pas de fin.

  • Jacques Ellul est né en 1912 à Bordeaux où il enseigne à la faculté de droit et à l´Institut d´Etudes Politiques de 1944 à 1980. Ses cours sur le Marxisme, l´Histoire des Institutions de l´Antiquité à nos jours, la Propagande et la sociologie de la société technicienne ont laissé leur empreinte sur bon nombre d´étudiants qui gardèrent de lui un souvenir ému et reconnaissant.

    Historien et sociologue mais aussi théologien, il analyse avec passion et lucidité les phénomènes les plus complexes de notre société dans un langage volontairement simple et compréhensible.

    Précurseur, avec son ami Bernard Charbonneau, du mouvement écologique et initiateur des associations locales de défense de l´environnement en Aquitaine, Jacques Ellul inventa, dans les années 1930, la formule : « Penser globalement, agir localement ». Formule qui fit recette au point d´en devenir le slogan de l´association altermondialiste : ATTAC. On se doit, d´ailleurs, de rappeler, à toutes fins utiles, qu´à l´aube de l´écologie politique en France, l´auteur préconisait une écologie non-politique...

    Le présent ouvrage rassemble les articles parus dans les quotidiens Sud-Ouest et Ouest-France, écrits entre 1953 et 1994 et réunis par sa fille Dominique North-Ellul. Le témoignage de J.-C. Guil-lebaud (écrivain et journaliste qui débuta à Sud-Ouest) et la préface d´E. Jurié (auteur d´un mémoire de maîtrise sur J. Ellul et le protestantisme) viennent éclairer utilement l´oeuvre journalistique d´Ellul. Laquelle, malgré le temps, demeure d´une étonnante et brûlante actualité...

  • Dans un siècle où les Lumières éclairaient surtout les hautes sphères de la société, le pasteur Jean-Frédéric Oberlin (1740-1826) a fait le choix de s'installer au fond d'une vallée vosgienne reculée, le Ban de la Roche, et de mettre son savoir multiforme au service de ses paroissiens.
    De l'apprentissage de la lecture à l'histoire naturelle, de la musique à la création de caisses de secours, il s'engage pendant soixante ans dans un combat sans repos pour le progrès spirituel, sanitaire, éducatif et économique des hommes, femmes et enfants qui lui sont confiés. Dans un dialogue fécond entre la tradition théologique, dont il est l'héritier, et les idéaux de 1789, Oberlin allie science et foi au service d'une découverte toujours plus approfondie du " divin ordre du monde ".
    Fils à la fois de l'Aufklärung germanique et des Lumières françaises, curieux dès développements de la démarche scientifique rationnelle comme des expériences mystiques de la foi chrétienne, il représente un carrefour de la pensée du XVIIIe siècle, attirant dans sa petite vallée des grandes figures intellectuelles et politiques de l'Europe, tels le poète romantique Lenz ou le révolutionnaire abbé Grégoire.
    Loïc Chalmel, professeur des universités et président du conseil scientifique du musée Oberlin, présente dans cette passionnante biographie tous les aspects de l'exceptionnelle figure d'Oberlin, nous entraînant de la théologie à la pédagogie, des sciences naturelles à son engagement social, et montre que l'oeuvre visionnaire et attachante du pasteur des Lumières demeure capable d'ensemencer nos utopies d'aujourd'hui, tel un pont bâti sur le fil du temps.

empty