Salvator

  • Les livres de Dieu : brève histoire des textes chétiens Nouv.

    Une synthèse remarquable, passionnante et inédite sur lhistoire de la réception des textes chrétiens. Une démarche dintelligence de la foi qui promeut un rapport non fondamentaliste aux textes fondateurs du christianisme. Un auteur renommé : vaticaniste et brillant universitaire.

  • Le concept des Eglises domestiques, qui revient aujourd'hui. La vie quotidienne et les moeurs des chrétiens aux trois premiers siècles. Une historienne très connue dans le domaine de l'histoire du christianisme.

  • Une plongée passionnante dans la réalité historique des premiers siècles du christianisme : une enquête historique qui éclaire l´actualité confrontée au combat contre les fanatismes religieux. L´auteur nous permet de mieux comprendre ce phénomène qui touche toutes les religions, en prenant en compte la complexité des faits et en mettant l´accent sur la force équilibrante que représente l´Évangile.

  • Un moine et un guide spirituel pour accompagner chaque jour

  • Le roi Salomon

    Jocelyn Tarnaud

    Étude poussée des Rois juifs d´antan et des enjeux actuels des textes relatants leurs histoires.

  • Hildegarde de Bingen

    Daniel Elouard

    • Salvator
    • 22 Février 2018

    Mystique et femme de lettres, abbesse de monastère au fort rayonnement, Hildegarde de Bingen (1098-1179) n'en finit pas de fasciner. En dépit de la distance des siècles, on continue de se référer à elle, à propos de la spiritualité, de la musique, de l'histoire du christianisme médiéval et, non sans arrièrepensées commerciales, de l'alimentation et de la médecine. En la canonisant en 2012, le pape Benoît XVI a salué en elle son courage et sa sagesse.
    Dans cette nouvelle biographie, Daniel Elouard s'emploie à mieux cerner le cadre historique où évolue Hildegarde, au sein d'une Église déchirée entre pouvoirs temporel et spirituel. Un défi pour gérer un monastère et s'imposer dans un monde qui ne tient pas les femmes en haute estime. Comment comprendre plus profondément la dimension mystique et visionnaire de Hildegarde, qui peut sembler bien étrange à nos yeux d'individus rationnels ? Ce portrait invite à entrer dans le mystère d'une expérience spirituelle individuelle qui est pourtant intemporelle et universelle.

  • Il existe une abondante littérature apocryphe. Pour écrire cette synthèse, l'auteur a tamisé près de dix mille pages.
    Il a revisité des écrits juifs anciens, ceux des premiers Pères de l'Église, les évangiles apocryphes, les textes de Marie d'Agréda, des bienheureuses Emmerich et Mariam, de Maria Valtorta, et même de Marthe Robin qu'il a personnellement connue. De cette masse énorme, scrutée le plus souvent dans les langues originales, il a retenu une centaine de paroles du Christ lui-même.
    Dans ce qu'elle a de meilleur, cette littérature se rattache aux Écritures et doit pouvoir y renvoyer sans cesse.
    Quand elle y parvient, elle constitue une sorte de cinquième Évangile.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Et si notre époque hypertechnologique, numérique et scientifique se passionnait sans se l'avouer pour les reliques religieuses ? L'impressionnante affluence des fidèles lors des « ostensions » du linceul de Turin ou d'autres grandes reliques n'en finit pas d'interpeller l'opinion et amène ici Patrick Sbalchiero à faire le point sur un phénomène étrange qui marque des siècles de christianisme.
    À quoi servent les reliques ? Ont-elles une fonction religieuse ? Quel est leur rapport avec les Évangiles ? Doit-on leur attribuer un pouvoir de guérison et lequel ? Sont-elles des instruments magiques permettant une communication entre ce monde et l'au-delà ? Transmettent-elles la sainteté de leur propriétaire de génération en génération ? Quelles ont été les visées des dirigeants politiques sur ces objets convoités ? Les reliques complètent-elles la foi dans le Christ ?
    Sur toutes ces questions, l'auteur fait la part de ce qu'en disent l'histoire, l'Église et les scientifiques. Sans cacher ce qui est éclairci ou demeure sans explication rationnelle...

  • Histoire du christianisme

    Collectif

    Cet ouvrage de référence fournit les éléments essentiels en qui concerne le développement et l'impact du christianisme depuis les Apôtres jusqu'aujourd'hui. Une véritable encyclopédie qui, siècle après siècle, met en avant les événements majeurs, les changements conséquents et les personnalités manquantes de l'histoire du christianisme. Elle couvre l'ensemble des confessions chrétiennes, orthodoxie et protestantisme compris, Eglises orientales comme Eglise occidentales.

  • Les martyrs de Lyon

    Joël Schmidt

    • Salvator
    • 14 Février 2019

    Lorsque débute la persécution contre les chrétiens de Lyon en 177, l'empereur Marc Aurèle règne depuis 161.
    Personne, dans l'Empire romain, n'aurait pensé qu'un souverain de cette dimension intellectuelle et morale, formé à la philosophie grecque stoïcienne et épicurienne, figure de sagesse, se montrerait soudain intraitable à l'égard des chrétiens d'Occident. Cette année-là, sans doute parce qu'il s'inquiète du prosélytisme des chrétiens perçu comme un danger, il ne se contente pas de persécutions épisodiques sur dénonciation, il approuve par son silence persistant et odieux les atrocités antichrétiennes de ses représentants romains.
    La Gaule a été encore pourtant peu touchée par le christianisme jusqu'à cette époque, mais des chrétiens d'Orient et de Rome, voyageurs ou commerçants, ont débarqué à l'embouchure du Rhône, sans doute à Massalia (Marseille), ont remonté le fleuve et ont essaimé jusqu'à Lyon, la capitale des Gaules. Ils ont formé une communauté chrétienne active qui a répandu la nouvelle religion dans tout le pays et un évêque, Pothin, a pris sa tête...
    Avec le talent d'historien qu'on lui connaît, Joël Schmidt retrace le destin tragique de ces témoins, obscurs ou plus connus, qui ont payé de leur vie leur appartenance à la foi chrétienne.

  • Mourir par amour

    Philippe Henne

    Trois semaines ou trois mois, c'est tout ce qu'il vous reste à vivre » : voilà ce que des patients incurables s'entendent dire par leur médecin. C'est le choc. C'est le même choc qu'Ignace a dû éprouver en entendant sa condamnation à être livré aux lions dans un cirque à Rome. Et pourtant, le long de sa route depuis Antioche jusqu'à son lieu de supplice, il réconforte les chrétiens en désarroi qui viennent le consulter. Lui, le condamné, il les encourage. Il leur envoie des lettres brûlantes de charité. Car Ignace est un pasteur qui, dans sa vie personnelle de foi, a trouvé le modèle de sa vie : le Christ vraiment mort et vraiment ressuscité. Il l'aime tellement, son Sauveur, qu'il veut vivre et surtout mourir comme lui. Pour devenir, comme lui, enfant de Dieu. Cette belle histoire vraie nourit le coeur et transforme l'âme.

  • Sainte Claire d'Assise a incarné, dans la vie monastique féminine, la vocation de François à suivre le Christ pauvre et fraternel. De ce fait, elle a inventé une nouvelle forme de vie et elle est la première femme à rédiger une règle.
    L'aventure dure depuis huit siècles. L'Ordre a traversé bien des épreuves ; il a connu ses périodes de décadence, mais il a toujours été revitalisé par de petits groupes fervents et l'exemple de grandes figures en son sein : sainte Colette, sainte Catherine de Bologne, sainte Véronique Giuliani... Grâce à leur forme de vie enracinée sur l'Évangile, les Clarisses ont évolué avec leur temps et se sont adaptées dans tous les pays. Aujourd'hui, si l'Ordre peine en Occident, il se développe rapidement dans les autres continents.

  • Sainte Claire d'Assise a incarné, dans la vie monastique féminine, la vocation de François à suivre le Christ pauvre et fraternel. De ce fait, elle a inventé une nouvelle forme de vie et elle est la première femme à rédiger une règle.
    L'aventure dure depuis huit siècles. L'Ordre a traversé bien des épreuves ; il a connu ses périodes de décadence, mais il a toujours été revitalisé par de petits groupes fervents et l'exemple de grandes figures en son sein : sainte Colette, sainte Catherine de Bologne, sainte Véronique Giuliani... Grâce à leur forme de vie enracinée sur l'Évangile, les Clarisses ont évolué avec leur temps et se sont adaptées dans tous les pays. Aujourd'hui, si l'Ordre peine en Occident, il se développe rapidement dans les autres continents.

  • Ce livre captivant, irrésistible, de Paul MURRAY o.p. exprime et glorifie les aspects de la tradition dominicaine qui sont au coeur de sa spiritualité. Cette tradition a souvent été comprise dans le passé, et avec quelques bonnes raisons, comme scolaire et cérébrale. Mais les vies des Dominicains dont nous entendons les voix dans cet ouvrage furent aussi, à un degré extraordinaire, apostoliques, exubérantes, évangéliques, risquées, mystiques et solides. L'instinct d'ouverture au monde est à coup sûr un des traits caractéristiques de l'esprit dominicain depuis les commencements. Des Dominicains comme Thomas d'Aquin, Jourdain de Saxe et Catherine de Sienne ne furent pas seulement les promoteurs éclatants de la grâce chrétienne, ils furent aussi les défenseurs de la nature. À la suite de saint Dominique, ils apprirent à leurs auditeurs à goûter en abondance le vin de la Parole de Dieu.

  • De nombreuses congrégations et instituts religieux se réclament aujourd'hui de la Règle et de la spiritualité de saint Augustin : Prémontrés, Assomptionnistes, chanoines de différentes obédiences, mais aussi communautés de création plus récente.
    Ce livre leur donne la parole et témoigne de l'actualité d'une telle démarche spirituelle. Plus que jamais, saint Augustin est notre contemporain, comme le soulignent chacune à leur manière les différentes contributions réunies ici.
    Les études qui lui sont consacrées, les différentes interprétations de sa Règle, sa place éminente dans la culture contemporaine, sa perception par les Églises orientales ou ses liens historiques avec l'Afrique et son enjeu pour le dialogue euroméditerranéen sont autant de façons de redécouvrir une figure qui marque profondément notre manière de vivre le christianisme.
    Cet ensemble est dirigé par le père Jean-François Petit, assomptionniste et maître de conférences habilité à la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, et le père Olivier Roduit, chanoine de l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune.

  • C'est à un voyage à l'intérieur des premières communautés chrétiennes que nous entraine ici le bibliste Edouard Cothenet. Il serait faux en effet de croire que le christianisme des origines se développe de manière univoque. Il lui faut d'abord trouver sa place dans le monde juif comme à Jérusalem, puis s'adapter aux différents lieux et cultures du monde méditerranéen : Antioche, Corinthe, Philippes, Ephèse. Dans chaque endroit, un Apôtre et sa tradition va jouer un rôle décisif comme Jean à Ephèse. Et au c ur de tout cela, un certain Paul de Tarse tiendra une place essentielle. Très accessible, ce livre s'enrichit de nombreux encadrés.

  • Une approche nouvelle et originale, qui peut faire découvrir saint Augustin à un public beaucoup plus large.

  • Ruysbroek

    Claude-Henri Rocquet

    Il est arrivé que des moines de Groenendael, inquiets de ne pas voir revenir leur prieur, Jean Ruysbroeck, partent à sa recherche dans la nuit. Ils virent dans les feuillages de la forêt de Soignes une lumière qui n'était ni de lanterne ni de lune.
    Sous un tilleul illuminé par sa contemplation, le vieil homme écrivait ce que lui dictait l'Esprit.
    Cela se passait près de Bruxelles, au XIVe siècle, dans cette forêt dont le nom flamand, Zonien, Zonienbosch, signifie peutêtre « bois du soleil », et où vécut, dit-on, dans sa cabane saint Hubert. Au temps de Ruysbroeck, des anachorètes nombreux avaient choisi cette solitude, ce désert. Claude-Henri Rocquet évoque avec un vrai bonheur littéraire cette belle personnalité de la mystique flamande.

  • Une vie de Thérèse d'Avila et de ses frères conquistadors par une spécialiste.

    Ce livre apporte un éclairage familial à la lecture de l'oeuvre thérésienne. Il retrace le cheminement spirituel de la grande mystique espagnole fondatrice des carmels réformés, mais aussi, en parallèle, le destin aventureux de ses sept frères conquistadores. La vie de Thérèse d'Avilasera en effet continuellement ryhtmée par les nouvelles des Indes - les deuils de ses frères hâteront sa maturité spirituelle, leurs promesses de retour ne seront pas toujours tenues et les envois d'argent financeront ses fondations. Jusqu'à leur retour qui bouleversera sa vie, elle attendra leurs nouvelles le coeur battant, car tout peut se produire aux Indes, comme dans les romans de chevalerie. Jusqu'aux retrouvailles finales, c'est une vie familiale qui se déroule à travers ses écrits et sa correspondance, où elle veille au salut de ses frères et à l'établissement de ses neveux. Ce sont ces liens qui ont intéressé l'auteur pendant une vingtaine d'années de ses recherches dans les écrits de Thérèse d'Avila, mais aussi dans les témoignages et biographies de ses contemporains. Une recherche centrée autour de deux mondes, l'Espagne et l'Amérique latine, mais aussi deux thèmes, l'oratoire et la forteresse.

  • À l'instar de Thérèse d'Avila dont il est proche, Jean de la Croix (1542-1591) est l'une des grandes fi gures du courant mystique espagnol du xvie siècle. Tout au long de sa vie, il se consacre avec la même passion à l'action réformatrice du Carmel et à la prière. Le carme et la carmélite s'efforcent de communiquer leurs expériences dans ces deux domaines par leurs récits, leurs traités mais aussi par leurs correspondances adressées aux religieux qu'ils guident. Tandis que Thérèse d'Avila cultive avec parcimonie la veine poétique, Jean de la Croix se laisse aller à l'épanchement lyrique qui correspond mieux à sa nature discrète et intériorisée. Ce chemin de poésie s'illustre avec éclat dans un grand poème, La nuit obscure. Le « premier carme déchaux » a su concilier sa vie contemplative avec un souci constant de sauvegarder son oeuvre missionnaire et de surmonter les obstacles et rivalités, grâce aux appuis permanents des puissants aussi bien que de modestes religieux et religieuses de son ordre. Il témoigne d'une expérience spirituelle brûlante qui a de tous temps fasciné les artistes et ceux qui sont en quête de Dieu.

  • Il a incontestablement marqué l'histoire de l'Espagne par son lien étroit avec l'Inquisition, sans pour autant verser dans le fanatisme et l'intolérance. Il a aussi inspiré à Henry de Montherlant l'une de ses plus belles pièces, Le cardinal d'Espagne. Mais qui est donc le cardinal Francisco Jiménez de Cisneros (1436-1517), tout à la fois grand inquisiteur et régent d'Espagne ? Franciscain, il sera le confesseur de la reine Isabelle, après que les Rois catholiques eurent repris aux Maures la ville de Grenade. Provincial de son ordre, il deviendra archevêque de Tolède et primat d'Espagne. Cisneros, personnalité passionnante mais toute en contraste, se montre à la fois homme de rigueur et d'intransigeance pour les ordres religieux et l'esprit de croisade, mais aussi homme d'ouverture dans l'exercice plus souple de la justice inquisitoriale. S'il joue un rôle politique en étant à un moment régent de son pays, il témoigne d'une vraie dimension intellectuelle en participant à la création de l'Université d'Alcalá et à l'élaboration de la Bible polyglotte, qui permettent l'éclosion des courants liés à l'humanisme de la Renaissance.

  • ISBN/EAN/UPC: 9782706709531 Titre de l'ouvrage: Proposition éducative selon Jean Baptiste de la Salle Auteur: Edgar Hengemüle Editeur: Salvator Date de publication: 14/06/2012 Reliure: Broché Prix public/catalogue hors taxes: EUR 20,56 TVA: 7% Prix public taxes comprises: EUR 22,00 Nombre de pages: 320 Langue: français Description: Chaque jour davantage, dans le monde, des enseignants et des éducateurs s'inspirent de Jean-Baptiste de La Salle, dans leur démarche éducative. Avec plus ou moins de bonheur, ils tentent d'actualiser les intuitions originales du patron des éducateurs. Mais, pour le faire avec justesse, il est nécessaire de bien saisir ce que La Salle comprenait lui-même par éducation et comment il la mettait en pratique, en tenant compte des réalités de son temps. Cet ouvrage veut apporter les connaissances nécessaires à cette compréhension et aider, ainsi, à mieux cerner l'approche de La Salle qui reste un homme de son temps. L'auteur présente ici une synthèse de l'oeuvre lasallienne, qui se nourrit des écrits de La Salle, des travaux des biographes et des interprétations lasalliennes reconnues, tout autant que de ses propres recherches menées depuis plusieurs décennies. Ainsi, grâce à cet ouvrage, les continuateurs de La Salle - et beaucoup d'autres avec eux - pourront rester fidèles aux intuitions lasalliennes de fond comme aux exigences du XXIe siècle, qui met à disposition des ressources scientifiques et techniques dont La Salle ne disposait pas.
    Biographie de l'auteur: Edgar Hengemüle, brésilien, est Frère des Écoles chrétiennes depuis 1952. Historien et pédagogue, il est docteur en Histoire de l'éducation. Tout en enseignant, il a assumé des responsabilités dans sa congrégation religieuse, au Brésil et en Amérique latine. Conférencier connu, il a publié l'ouvrage de référence Les Lectures de La Salle dans l'Histoire de l'éducation.

  • Triomphe de la foi chrétienne ! La reconnaissance du christianisme par l'empereur Constantin le Grand dans l'empire romain en février 313, selon un protocole que l'Histoire a consacré sous l'expression de l'Édit de Milan, précédé par la bataille du Pont Milvius en octobre 312, constitue un événement d'une portée capitale dont nous subissons encore les conséquences en Europe et dans le monde. mille sept-cents ans ont passé, mais l'année 313 est sans doute une des dates capitales de l'Histoire universelle. En légitimant le droit des chrétiens à pratiquer librement leur religion après presque trois siècles de persécutions ouvertes ou endémiques, l'empereur Constantin accomplit un acte qui a été longuement soupesé, mais qui procède aussi d'une lente maturation. Avec l'art du récit qu'on lui connait, Joël Schmidt retrace les étapes de cette reconnaissance, non seulement d'un point de vue historique, mais également à travers la personnalité et les origines de Constantin lui-même, ainsi que des enjeux, politiques, théologiques ou militaires.

  • Pour les juifs, qui est Jésus? Quel regard portent-ils, après deux millénaires d'histoire, sur celui qui fut un des leurs ? Chacun d'entre eux a sans doute quelque chose à en dire, mais s'agissant du Jésus historique, c'est à des historiens qu'il convient de poser la question. Tel est le but du présent ouvrage : où situer Jésus dans les sensibilités religieuses des juifs de son temps ? comment expliquer les singularités de son procès ? Les historiens juifs répondent à ces questions. Ils enrichissent la connaissance du Jésus historique dans des domaines particuliers. Comment le situer par rapport aux sensibilités religieuses de la société juive de son temps, parmi les pharisiens des diverses tendances, les baptistes, les esséniens ? A-t-il une interprétation propre de la Loi ? Dans quelle mesure répond-il aux attentes messianiques ? Qui, en définitive, peut être dit responsable de sa condamnation à mort ? Sans a priori idéologiques, ces chercheurs répondent ave leur méthode et leurs sources propres.

empty