Pu De Strasbourg

  • Les trois années que Calvin a passé à Strasbourg sont souvent considérées comme une simple parenthèse entre ses deux séjours à Genève (1536-1538 et 1541-1564). Pourtant, cette période s'est révélée extrêmement féconde pour Calvin, sur les plans tant littéraire que théologique et pastoral, sans oublier son mariage avec Idelette de Bure : c'est à Strasbourg que Calvin a publié la deuxième édition latine, fortement augmentée, de son Institution, et qu'il a écrit la première version française de cette somme de la théologie réformée, véritable monument littéraire ; c'est là qu'il a professé son cours sur les Romains, répliqué au cardinal Sadolet et rédigé son Petit traité de la sainte cène, destiné à réconcilier les protestants ; c'est là qu'il s'est familiarisé avec la pratique catéchétique de Martin Bucer et avec les chants des paroisses strasbourgeoises, qui ont inspiré ses Aucuns psaumes et cantiques mis en chant ; c'est grâce aux Strasbourgeois, enfin, qu'il a pu participer aux négociations politico-religieuses entre les protestants et avec les partisans de la foi traditionnelle, gagnant l'amitié de Philippe Melanchthon et l'estime des autres Réformateurs.

  • Des premières persécutions anti luthéristes„ sous François Ier (suite à l'" affaire des placards" en 1534) jusqu'aux débats entre orthodoxie et libéralisme théologique à la fin du XIXe siècle, le protestantisme a produit une somme considérable de textes poétiques.
    Ces derniers ont pris une forme plutôt liturgique aux temps de la Réformation, guerrière et encyclopédique pendant les Guerres de religion, précieuse sous l'Edit de Nantes, populaire pendant les persécutions liées à la Révocation de l'Édit de Nantes, et commémorative et piétiste au XIXe siècle. CAnthologie protestante de la poésie française vise à baliser le paysage poétique relatif au protestantisme du XVe au XIXe siècle, en présentant les textes de manière thématique : la Bible, l'Histoire, la Liturgie et la Fin.
    /> À côté des quatre grandes oeuvres que sont Les Psaumes en vers français de Clément Marot et Théodore de Bèze, La Sepmaine de Guillaume Du Bartas, Les Tragiques d'Agrippa d'Aubigné, et les Sonnets chrétiens sur divers sujets de burent Drelincourt, sont présentés des poèmes d'auteurs protestants tels que Louis Des Masures, Antoine Chandieu, Pierre Poupo, André Mage de Fiefntelin, Jean Ogier de Gombauld, Jean de Labadie, Louisa Siefert ou Napoléon Peyrat.
    D'autres oeuvres ont pour auteurs des protestants convertis au catholicisme (Jacques Davy Du Perron, Théophile de Viau ou Marc-Antoine Girard de Saint-Amant), des poètes qui ont écrit sur le protestantisme (Victor Hugo, Alfred de Vigny ou Louis de Fontanes), ainsi que des écrivains résolument and-protestants (Artus Désiré, Pierre de Ronsard ou Isaac de Bensserade).

empty