Littérature traduite

  • Cette vie d'Hildegarde de Bingen se présente clairement comme un « roman historique ». La tradition littéraire dans laquelle s'inscrit l'auteure, Lucia Tancredi, est celle de l'Italien Alessandro Manzoni ou de la Française Marguerite Yourcenar.
    Pour eux, les documents des historiens, s'ils rendent compte des faits et gestes des puissants, n'apportent pas ce « vraisemblable » des poètes et des romanciers qui parvient à pénétrer plus profondément dans tous recoins de la vie des hommes, y compris des plus humbles. Il s'agit d'une approche historique plus libre mais non moins authentique.
    A la base du parcours existentiel d'Hildegarde de Bingen, demeure une interrogation : les biographies qui nous restent d'elles ont été établies par des hommes, sous sa dictée : Gottfried, Wilbert de Gembloux et Théodore d'Echtemach. On est donc en droit de se demander pourquoi la puissante abbesse, entourée de ses moniales qu'elle voulait pleines de sagesse et intrépides, et avec lesquelles elle communiquait au moyen d'un code secret fait de mots et de sons, n'a jamais transmis sa vie à l'une d'elle. Tout de suite après sa mort, documents, textes manuscrits de ses oeuvres et témoignages furent expédiés à Rome pour l'instruction du procès en vue de la canonisation qui ne fut jamais menée à terme.
    Le roman historique « Hildegarde de Bingen, la puissance et la grâce » se base sur cette trame « vraisemblable » et reconstruit une biographie au féminin qui pourrait avoir été dictée à la moniale Adelheidis, future abbesse de Gandersheim, qui vécut aux côtés d'Hildegarde jusqu'à sa mort.
    Le récit dicté et recueilli par une femme permet une reconstruction plus intime et fidèle, capable de décrire la vie extraordinaire d'une femme comme Hildegarde, auteure de grandioses sommes mystiques, amie des reines et des empereurs, témoin génial et encyclopédique de son temps, mais aussi enfant « oblate » dans l'enceinte de l'abbaye, fille éprouvée, éducatrice affectueuse et maternelle, musicienne et guérisseuse, capable trouver, dans les subtilités de la nature, le secret pour se sentir en harmonie avec la beauté et le don de la création.

  • Ce petit livre rassemble les textes de Chiara Lubich sur le thème de l'instant présent.
    Vivre l'instant présent est un aspect essentiel de toute vie spirituelle et l'auteur le dit et redit de mille manières depuis plus de cinquante ans. Loin d'être une fuite des réalités quotidiennes, cette démarche " enracine le temps dans l'éternité ". Ainsi tout devient simple : la vie, la relation avec Dieu, la relation avec les autres. Brèves réflexions ou réponses à des questions, ces écrits sont le résultat d'une longue expérience, qui a déjà porté tant de fruits dans le monde entier.

  • Comment Luther, père de la Réforme, voyait-il Marie ? Dans ce texte d'importance oecuménique et historique, il nous dévoile sa vision de Marie : un regard pur et original à la fois.

    Écrit à une des époques les plus tourmentées de la vie de Luther, ce commentaire du Magnificat (paroles de Marie à sa cousine Elisabeth) est précieux à plusieurs titres. Il permet d'abord une initiation globale et pourtant profonde à la vie et à la pensée du Réformateur. Luther se situe dans ce texte non seulement par rapport à la mariologie de son époque mais aussi par rapport au pouvoir temporel et spirituel. On y découvre aussi toute une part de la sensibilité protestante. Mais c'est avant tout une très originale et très pure vision de Marie qui nous est donnée :
    Celle qui chante la grandeur de Dieu. Une introduction nous aide à mieux saisir la portée et la profonde valeur spirituelle de ce document d'importance oecuménique et historique.
    Traduction d'Albert Greiner.

empty