Nouvelle Cite

  • Agathe de Miniac est enseignante depuis 25 ans en collège. Elle relit les relations fortes construites, jamais acquises, avec ces adolescents attachants, parfois malmenés par la vie.
    Par ses réussites, mais surtout ses échecs, elle raconte comment son « être enseignant » s'est construit, à l'école des adolescents : motiver l'indolent, canaliser le créatif, éconduire le séducteur, avouer sa propre violence, rechercher le « décrocheur », accompagner les familles quand un jeune quitte cette vie...
    C'est une femme perméable à ses émotions, à celle de ces jeunes, et qui veut le meilleur pour eux. Sa famille n'est jamais loin, avec ses propres défis et on y découvre si la mère courage de Tango 2 a forgé l'enseignante ou bien si le contraire s'est opéré...
    Un récit tonique, humble et puissant, qui rend hommage à tous ces enseignants engagés et passionnés, promoteurs de vraies relations éducatives pour les jeunes.

  • Le 15 décembre 1999, Jean-Paul II fit appeler Mgr Nguyên van Thuân et lui dit : «Pour la première année du troisième millénaire, c'est un Vietnamien qui prêchera les Exercices spirituels à la Curie Romaine.» Et le Pape conclut par ces mots : «Donnez-nous votre témoignage !».
    Imprégné de l'Évangile de l'espérance, l'auteur procède par anecdotes et paraboles, en référence à sa dure et lumineuse expérience. A sa manière originale, il nous fait respirer les parfums de l'Asie à travers les grands thèmes de la spiritualité chrétienne, avec des méditations aux titres suggestifs : les défauts de Jésus, le monde d'aujourd'hui, Dieu et non les oeuvres de Dieu, l'art d'aimer... C'est le Pape lui-même qui conclut cette retraite accessible à tous.
    À lire également le récit de sa captivité : Van Thuan, libre au-delà des verrous de Teresa Gutierrez.

  • Rien de prédestinaient Agathe et Nicolas à une aventure aussi déroutante. Malo nait et se développe normalement mais vers 2 ans, d'étranges somnolences le saisissent, puis des comportements surprenants apparaissent : une incroyable (et dangereuse) résistance à la douleur, l'absorption d'aliments avec leur emballage... Jeanne et Isabelle, numéros 3 et 4 de la fratrie vont aussi développer, dans des proportions moindres, des symptômes ressemblants.
    Agathe prend peur, s'interroge, se révolte envers le Ciel, face à ces comportements inédits et devant lesquels la médecine s'avoue d'abord bien impuissante. Il faudra toute la patience, l'humour, l'ingéniosité de ce couple et de ceux qui les entourent pour s'apprivoiser à ces enfants attachants mais différents. Issus d'un milieu favorisé où tout réussit, comment vaincre la morsure de la comparaison avec les autres familles sans problèmes apparents ?

  • L'histoire de la jeune italienne Chiara Luce Badano (1971-1990) est simple et extraordinaire à la fois. Elle a connu l'enfance et l'adolescence d'une fille unique très attendue et très aimée, dans un bourg de province. Milieu modeste, famille catholique accueillante, nombreux amis, élève studieuse pas toujours habituée au succès, sports tous azimuts... À 9 ans, elle fait une rencontre fondamentale pour le reste de sa vie avec le Mouvement des Focolari. Généreuse, elle se lance avec enthousiasme pour aimer ses camarades de classe et tous ceux qu'elle côtoie, décidée à vivre à fond l'Evangile qui l'a fascinée. À 17 ans, un cancer des os est diagnostiqué. Malgré la souffrance, elle reste toujours tournée vers les autres et sa joie est contagieuse. " Si tu le veux, Jésus, je le veux aussi ", aimait-elle répéter. Elle meurt à la veille de ses 19 ans. Son rayonnement est immédiat, tant et si bien qu'à peine 10 ans après sa mort en 1990 son procès de béatification est engagé. En décembre 2009, la publication par Benoît XVI du décret reconnaissant un miracle attribué à Chiara Luce la fait passer de "vénérable" à " bienheureuse ".

  • Croire en l'avenir. Aimer l'instant que nous vivons. Comprendre les règles du jeu. Beaucoup de mystères que Sophie Barut nous livre dans son témoignage.
    25 ans, jeune mariée et architecte d'intérieur, son avenir était tracé. Jusqu'à ce que son mari Cédric, parti à vélo, percute une Corsa noire.... « Je rentrerai avant la nuit » lui avait dit Cédric.
    Il est rentré oui, à l'hôpital et dans le coma. Une nouvelle vie à accepter, à reconstruire, à espérer... un second souffle à demander ! L'auteur raconte ainsi comment leur vie conjugale a repris avec un mari au comportement différent certes, mais profondément le même. « J'essaie de me battre contre les handicaps de mon mari, avec lui, non pas me battre contre lui, voilà l'enjeu ! » Des moments de doute, de colère, de révolte, qui toujours ont pu déboucher sur un chemin d'espérance, de patience et de confiance.

    « Tu vas te battre pour moi et je me battrai pour toi ».

  • Une enfance sans affection, sous les coups si elle n'était pas première de la classe. Rose-Line a grandi sans respirer, sans exister, pour ne pas déranger, pour ne pas être vue, pour ne pas penser. En elle, les signes d'une vie intérieure empêchent l'asphyxie et libèrent même le goût d'une vie radicale. Mais en aura-t-elle la force ?
    L'édifice de sa construction est fragile mais son désir d'aimer est plus grand. Néanmoins, un jour, tout craque et s'effondre. Elle reste dans une « absence, un rêve éveillé » plus de cinq ans, tandis que les médecins y voient un caractère irréversible.
    Des miracles jalonnent son itinéraire de survie une présence semble veiller.
    Mais peut-on vivre à nouveau quand on a tout éteint en soi , quand tout à été abîmé ?
    Le praticien m'interrompt une seule fois, à peu près à mi-parcours de mon exposé. Il me dit : « Avez-vous conscience que vous avez été torturée d'une manière rare ? »

  • Le livre-référence pour la béatification des moines de Tibhirine le 8 décembre 2018.
    Pèlerins de l'amitié et de la fraternité universelle, les sept moines trappistes laissent une empreinte indélébile d'amour témoigné à tous, particulièrement en proximité avec leurs voisins musulmans du petit village isolé de Tibhirine. Là-bas, chrétiens et musulmans expérimentaient un heureux dialogue de la vie et du quotidien partagé. Tout simplement là, présence d'amour, pauvres parce que donnés, forts parce que convaincus de leur faiblesse, ils n'avaient que leur être à offrir, un être ensemble puissance de témoignage. Rien n'aurait fait grand bruit sans l'immense retentissement qu'a suscité leur mort. Des martyrs, précisément au sens étymologique du terme, à savoir des « témoins ». Témoins du Christ à qui ils avaient consacré leur vie, témoins de l'amour de Dieu pour cette terre algérienne et ses habitants à qui ils avaient donné leur vie.

  • 15 août 1975. Un homme est emmené en prison sans jugement ni condamnation. Son avenir est promis au désespoir. L'oppression semble avoir triomphé sur la liberté ; le captif est à l'image du peuple tout entier.

    L'histoire bascule lorsque sa réponse dépasse la logique humaine et provoque un ouragan de réactions. La persévérance de l'évêque dans la bienveillance et la foi va bouleverser un peuple, jusqu'aux oppresseurs.

    L'expérience de treize années de captivité de François-Xavier Nguyen Van Thuan semble incroyable. Seul un roman historique pouvait nous en redonner toute l'intensité, dans un fragile équilibre entre espoir et menace de notre bien le plus précieux : la liberté.

  • Basée sur des témoignages provenant de survivants qui ont fréquenté Edmond Michelet, Les indomptables, Edmond et Marie Michelet, biographie romancée, retrace le parcours du « premier résistant de France » aux heures sombres de la guerre. Entrepreneur chrétien et patriote convaincu, disciple de Mounier, Edmond Michelet se montre soucieux d'économiser le sang des hommes et de vaincre par les valeurs autant que par les armes. C'est une terre enflammée que celle du grand maquis corrézien où l'amitié, la ténacité et la dignité forment le ciment d'une farouche opposition au nazisme. Les cas de conscience, les débats, internes ou non, les choix sont évoqués avec beaucoup de coeur, tout comme les références culturelles et littéraires de Michelet, de Péguy à Mounier.
    L'histoire de la résistance d'Edmond Michelet est aussi celle du couple merveilleux qu'il formait avec son épouse, Marie. En dépit des épreuves sévères infligées à ce couple, l'amour qui régnait entre eux était palpable et nul ne pouvait l'ignorer.
    Les indomptables, Edmond et Marie Michelet est un récit fort, où on côtoie le pire - les camps de concentration et la torture - et le meilleur, l'engagement viscéral de ces hommes et femmes prêts à tout pour la liberté.

  • En écrivant en 1921 cette biographie de Charles de Foucauld, assassiné le 1er décembre 1916, René Bazin révélait au grand public une figure encore assez peu connue, même si certains milieux vantaient déjà sa science et une foi chrétienne missionnaire qui en faisaient un pionnier. De son vivant, Charles de Foucauld avait lui-même émis l'idée de confier à René Bazin le projet d'un livre capable de révéler au public la situation humaine et spirituelle des populations en Afrique saharienne. L'auteur a fait un véritable travail d'enquête sur les lieux de la vie du Frère Charles. Convaincu qu'il était en présence d'un « saint », il s'est contenté de tracer l'itinéraire de sa vie et de le faire parler. Le livre contient d'abondantes citations de Foucauld lui-même.
    En effet, cette oeuvre majeure demeure une source et un document, biographie jamais égalée, référence pour tous ceux qui veulent découvrir ou approfondir celui qui sera très prochainement canonisé.

  • Quête du job idéal et confrontation avec le réel, comment ne pas y perdre son âme ? Mathilde et Noémie, vingt-trois ans, sont deux soeurs, jumelles mais si différentes... Elles font leur entrée dans le monde du travail : le siège d'un fleuron de l'industrie française dans une tour à La Défense pour l'une, et le QG d'une start-up du monde des médias basé dans un appartement du 13e arrondissement de Paris pour l'autre.
    Deux univers que tout oppose, et pourtant, au fil des mois, un dénominateur commun se dessine. De désillusions en découragements, de déceptions en violences, les deux vingtenaires déchantent d'un monde qu'elles n'avaient pourtant pas eu le temps d'idéaliser. Si l'on est trop jeune pour être déjà en burn-out, trop impliquée pour tomber dans le bore-out et trop déterminée pour se laisser placardiser... que reste-il comme porte de sortie ?
    Le job idéal n'existe pas. Ce n'est pas faute de l'avoir cherché, mais sur la piste de cet échec annoncé, Mathilde et Noémie feront une découverte inattendue : l'équation du bonheur a plusieurs inconnues...

  • Trente ans après l'excellente biographie de Christine de Boismarmin, l'une des proches compagnes, ce livre est le fruit de la recherche opiniâtre de deux hommes passionnés. Mettant en contact avec les écrits et avec de nombreux témoignages, il renouvelle en profondeur la connaissance que l'on avait de Madeleine Delbrêl.
    Son itinéraire, de l'athéisme à l'éblouissement de la foi et à l'engagement, se dessine avec netteté au fil d'un récit qui parcourt ses soixante années de vie, dont plus de la moitié à Ivry-sur-Seine, près de Paris, là où, dit-elle, se trouvait une population « incroyante et pauvre ».
    Tour à tour poète, assistante sociale et mystique, femme de prière et d'action, Madeleine Delbrêl offre à notre société sécularisée et à l'Eglise un beau visage, riche d'inspiration pour une vie chrétienne en dialogue avec l'athéisme et la misère sous toutes ses formes. Son procès en béatification est engagé et sa réputation de sainteté ne cesse de croître.

  • L'autre Syrie. Celle du peuple syrien soudain victime de toutes les violences.
    Soeur Marie-Rose est religieuse à Homs. Quand la guerre arrive dans son pays en 2011, elle espère, comme tout le monde là-bas, qu'elle sera de courte durée. Mais il n'allait pas en être ainsi.
    Restée au milieu des siens, elle n'a de cesse d'apporter aide matérielle, réconfort, présence. Elle fonde une école où 300 enfants traumatisés par la guerre reçoivent une éducation et un soutien psychologique, et s'occupe de familles à qui la guerre a causé de graves souffrances. Les histoires qu'elle raconte sont souvent terribles, et en même temps elles sont le lieu d'une rencontre fraternelle, d'une compassion et d'une amitié profondes qui se manifestent au milieu de la souffrance : Dieu n'a pas quitté la Syrie.
    Des histoires bouleversantes, qui disent l'espoir pour la Syrie d'aujourd'hui.

  • Une nouvelle biographie du grand homme politique anglais, écrivain (auteur de L'Utopie), décapité sur ordre du roi Henry VIII pour avoir désavoué le divorce du Roi et refusé de cautionner l'autorité que s'était arrogé celui-ci en matière religieuse.
    L'auteur s'attache à montrer les aspects très divers et paradoxaux du personnage : homme de relation et homme de méditation, humoriste et grave, ami indéfectible et polémiste féroce, avocat et juge, ambitieux et désintéressé, tolérant et inflexible, sensuel et ascétique, charmeur et directif, diplomate et intransigeant, réaliste et utopiste, père aimant et exigeant, affectueux et taquin, défenseur et critique de l'Eglise, écrivain fécond et lecteur insatiable de la Bible, fidèle serviteur du roi et de Dieu premièrement, et fidèle à sa conscience en toutes circonstances.
    Comme Montaigne, on peut dire que Thomas More a « déconcerté son époque autant qu'il l'a éblouie et charmée. »

  • Un jeune banquier d'affaires franco-américain quitte sa vie de golden boy pour rejoindre un austère monastère cistercien en savoie.
    Pourquoi ? lui-même s'interroge. a l'ombre des murs de clôture, relié à d'autres explorateurs mystiques comme les moines de tibhirine, en algérie, sa recherche spirituelle s'enrichit. un appel insolite se dessine : fonder une petite fraternité dans les quartiers-nord de marseille. ce récit rythmé, empreint d'humour et de sensibilité, plonge le lecteur dans des microcosmes étonnants. a rebours des images stéréotypées, les événements de la vie quotidienne témoignent d'une discrète mais réelle dynamique de métamorphose.
    Dans l'humilité d'un patient voisinage, les rencontres entre riches et pauvres, chrétiens et musulmans, croyants et incroyants, français et étrangers, enfants et adultes, transforment les représentations du monde et de dieu. loin des poncifs du choc des civilisations et de la crise des banlieues, cette expérience concrète de fraternité humaine accouche d'une société mieux éclairée, plus juste et joyeuse.
    Elle témoigne de la fécondité du nouveau monachisme qui voit le jour depuis les années 1990.

  • En s'appuyant sur un capital de vie de plusieurs décennies, cet ouvrage recueille le précieux patrimoine d'expériences de vie quotidienne de nombreux chrétiens dans différents pays d'Afrique.
    Ces expériences témoignent du courage avec lequel ils ont affronté les défis du face-à-face concret entre Évangile et Tradition. Elles témoignent de la lumière et de la force que leur a données « l'art d'aimer évangélique » pour transformer des crises et des situations conflictuelles en émouvants témoignages de réconciliation et de croissance spirituelle et communautaire.
    L'ambition de ce dialogue s'exprime par le cardinal Arinze, longtemps préfet pour le dialogue interreligieux :
    « Un objectif satisfaisant sera atteint quand les gens d'une culture particulière commenceront à articuler l'Évangile selon leurs propres repères et avec leurs propres mots, à le vivre et à l'exprimer dans leur propre langue, leur art, leurs représentations, leur poésie, leurs couleurs. » Tous ces témoignages resitués dans leur contexte permettent de mieux comprendre la culture africaine, sa richesse et ses ombres, et les transformations auxquelles peut conduire en Afrique une vie imprégnée par l'Évangile.
    Les domaines concernés sont notamment ceux de la famille, de la relation homme-femme, du rôle du père et de la mère, du veuvage, de l'argent, du pouvoir et de la foi, etc.
    Cet ouvrage est porté par les membres du mouvement des Focolari en Afrique.

  • À l'occasion du 10 e anniversaire de la disparition de Chiara Lubich, fondatrice du mouvement des Focolari, ce livre met en lumière le rôle des différentes personnes qui ont été dès les débuts aux côtés de Chiara Lubich et ont participé à l'expansion de ce charisme :
    Le député Igino Giordani qui a permis le déploiement mystique de l'intuition de Chiara et le prêtre Pasquale Foresi, très actif dans l'extension des réalisations concrètes : les maisons d'édition (33 à travers le monde aujourd'hui) ; les centres d'accueil et de formation (25 à travers le monde) ; les oeuvres sociales, l'économie de communion, etc.
    Le charisme, dit de l'Unité, pousse à l'ambition de réunir la grande famille humaine à travers le monde, par-delà les différences culturelles, ethniques, religieuses. En l'espace de 75 ans, cette spiritualité s'est fait connaître sur les 5 continents et compte aujourd'hui plus de 150 000 membres actifs et plusieurs millions de sympathisants.
    Quels en ont été les événements fondateurs ? Quels ont été les facteurs de succès ?
    Mais aussi les points de fragilité, voire de dérive ? Un livre qui fait le point.

  • La biographie bouleversante d'une jeune japonaise déclarée Vénérable en 2015.
    Fleur d'un jour est la biographie bouleversante d'une jeune Japonaise, Satoko Kitahara, issue d'une famille aristocratique aisée, profondément ancrée dans la religion shintô.
    Après ses études universitaires, la découverte de l'Évangile la conduira jusqu'au baptême et la poussera à ouvrir les yeux sur sa ville, Tokyo, où la pauvreté et l'exclusion, à cette époque de l'après-guerre, sont flagrantes. Satoko fait une rencontre providentielle avec un franciscain polonais, le frère Zéno, qui l'amène à découvrir le bidonville de « la Cité des fourmis ». Elle s'y consacrera avec une générosité sans bornes, puisant sa force dans une spiritualité toute simple, proche de celle de Thérèse de Lisieux, et mourant comme elle de tuberculose à l'âge de 29 ans en 1958.
    Le pape François, en 2015, reconnaîtra le dévouement exceptionnel et l'amour sans limite de Satoko Kitahara en la déclarant Vénérable.

  • En écrivant en 1921 cette biographie de Charles de Foucauld, assassiné le 1er décembre 1916, René Bazin révélait au grand public une figure encore assez peu connue, même si certains milieux vantaient déjà sa science et une foi chrétienne missionnaire qui en faisaient un pionnier.
    De son vivant, Charles de Foucauld avait lui-même émis l'idée de confier à René Bazin le projet d'un livre capable de révéler au public la situation humaine et spirituelle des populations en Afrique saharienne. L'auteur a fait un véritable travail d'enquête sur les lieux de la vie du Frère Charles. Convaincu qu'il était en présence d'un " saint ", il s'est contenté de tracer l'itinéraire de sa vie et de le faire parler.
    Le livre contient d'abondantes citations de Foucauld lui-même. Ce livre qui fut un best-seller (200 000 exemplaires) était paru chez Plon. Épuisé, il est toujours demandé. Les héritiers de René Bazin ont décidé de l'éditer à nouveau, chez Nouvelle Cité. En effet, cette oeuvre majeure demeure une source et un document, comme le souligne le cardinal Paul Poupard dans sa préface, d'autant plus que la béatification de Charles de Foucauld est proche.

  • Mon plus cher désir aujourd'hui est de partager, avec toi, ce trésor que j'ai découvert .Et si un jour tu te sens seul, étranger à toi-même, totalement désorienté au carrefour de ta vie et que tu cherches ton chemin, tu trouveras peut-être dans ce récit, une parole pour t'accompagner dans ta quête du sens de la vie et trouver la paix.
    Dans ce récit poignant de vérité, l'auteur relate avec finesse et profondeur, le cyclone imprévisible, brutal qui a surgi, dans un ciel serein, à l'aube de la quarantaine, suite à la mort de son père. Tel un chercheur assoiffé, elle plonge dans la nuit obscure, et traverse hagarde des déserts, interroge les oracles : voyants, chamanes, mediums et astrologues, cherche des réponses dans les sagesses millénaires, interroge de grands maîtres spirituels . jusqu'à La rencontre. Décisive. Celle qui a changé sa vie.

  • Ouvrage à caractère autobiographique, Passeur de joie est le récit d'un itinéraire humain et spirituel en prise avec les maux de notre temps (corruption, suicide, pédophilie...). Jacques Mulliez, connu pour son expertise de la figure de Thomas More, révèle ici son attachement à Etty Hillesum, jeune hollandaise décédée à Auschwitz. Qu'aurait été sa vie sans ces deux grandes figures qui l'ont inspiré, influencé, décidé parfois ?
    On y découvre les choix radicaux de cet homme d'entreprise, son audace, son courage face à l'adversité, son émerveillement devant les circonstances de la vie qui l'ont conduit à devenir écrivain et conférencier à son corps défendant.
    Un récit à mettre entre toutes les mains, un bain de courage et de foi en la Vie.

  • Ce roman à caractère historique, dont l'action se déroule essentiellement à Marseille, relate l'aventure d'une famille de migrants rescapés d'un drame meurtrier, qui leur a fait fuir la Libye et accoster dans la cité phocéenne.
    Elle se noue d'amitié avec un étonnant libraire, très attentif à la détresse autour de lui. Mais tous ne partagent pas cette bienveillance et les intérêts les plus divers se heurtent et s'affrontent. L'énigme nous fait voyager dans le temps et l'espace : au temps de l'Empire romain, à Malte, en Turquie, au conflit de Lépante... La vie et la mort traversent des cultures qui ont un point commun : la Méditerranée.
    C'est l'histoire d'une reconstruction personnelle et collective sur fond de conflits, de migrants, d'amour et d'entraide. En ligne de fond, le personnage de Paul de Tarse accompagne l'intrigue et y fait résonner sa sagesse de vie.

  • Thérèse Cornille (1917-1989), née dans le département du Nord, avait indéniablement un caractère bien trempé, n'aimant guère la contradiction. Ce trait de tempérament était probablement nécessaire pour affronter les innombrables problèmes de santé qui allaient jalonner son existence - elle est devenue aveugle à 45 ans - ainsi que pour maintenir le cap qu'elle s'était fixé lorsqu'elle s'est lancée dans la fondation de foyers au service des jeunes filles et des femmes en très grande précarité. Savait-elle qu'elle fonderait Claire Amitié, association qui est aujourd'hui venue en aide à plus de 25 000 jeunes femmes, avec des foyers répartis sur quatre continents ?
    Thérèse Cornille, une femme de foi et d'engagement, était une pédagogue, une femme en recherche, cherchant le juste équilibre entre oeuvre sociale et mission évangélisatrice. Les épreuves et les échecs n'ont pas manqué - la morsure n'en est que plus dure lorsqu'il s'agit de ses proches collaborateurs - mais sa ténacité et sa douceur eurent raison de tout et de tous.
    « Chez moi, on était pauvre mais on s'aimait », tel était le modèle qui la guida et qu'elle laisse en héritage, à trente ans de sa disparition. Une conviction à laisser résonner aujourd'hui encore.

  • Arnaud Goma est le premier prêtre d'Afrique Noire à être nommé curé d'une paroisse de Paris. Très communicatif, il vit sa foi et son ministère avec beaucoup de joie, d'imagination et de sens du contact, qu'il s'agisse de ses paroissiens « gaulois de souche », des citoyens de tous pays ou des sansabri qui l'attendent à la sortie du presbytère.
    Il nous partage ses doutes et ses convictions, la rencontre parfois déroutante avec la capitale et ses habitants, l'apprentissage du rythme de la ville, son audace de la rencontre avec l'autre, quel qu'il soit.
    Une certitude : dans son quartier populaire de Paris comme à Kinshasa, Dieu est amour et il faut le faire savoir, en actes et en paroles, si possible avec humour.

empty