Editions Temps Present

  • - rencontre inédite entre une personnalité politique et médiatique de premier plan, François Ruffin, et un évêque - Actualitéé : grand rassémblémént sur lé théèmé dé la paix organiséé du 2 au 5 aouût aè Bésançon par lé MRJC (Mouvémént rural dé la jéunéssé chréétiénné), parténairé du livré.

  • C'est un témoignage unique dans lequel Jacques Noyer, évêque émérite d'Amiens, revisite sa vie personnelle et sacerdotale, à l'âge de 93 ans. Il évoque son enfance et ses racines, au Touquet - où il était devenu ces dernières années le confident d'un certain Emmanuel Macron - et développe les raisons de son attachement à l'Eglise catholique et les sources identifiables de sa foi. Il n'hésite pas à aborder, plus franchement que jamais, les doutes, déceptions et colères qu'ont soulevés des décisions prises par la hiérarchie catholique.
    Par exemple dans la faiblesse de la demande de pardon adressée aux victimes de prêtres pédocriminels. Il défend aussi des positions audacieuses, telle que le mariage des prêtres, avec des arguments plutôt originaux. Et reconnaît avoir eu une vie amoureuse après être lui-même devenu prêtre. Jacques Noyer est décédé en juin 2020 alors qu'il était en train de terminer le dernier chapitre de ce livre.

  • Abusés

    Collectif

    Ce livre rassemble des témoignages de victimes d'abus sexuels commis par des prêtres.

  • Point de vue tre s original d'un theologien, ancien moine francisain :
    Pour le mariage homosexuel, pour l'euthanasie, etc.

  • Maire de Kingersheim (Haut-Rhin), Jo Spiegel refusa en 2014 la Légion d'honneur, pour dénoncer « une démocratie en panne ». En 2015, il a rendu sa carte du PS, devenu selon lui une « officine de conquête du pouvoir ».
    Comme beaucoup de Français, Jo Spiegel est un citoyen en colère, déçu par le manque de courage de la classe politique. D'autant qu'à son niveau, celui d'une ville située dans la banlieue de Mulhouse, il a prouvé depuis longtemps que l'on pouvait agir. Ancien athlète de haut niveau, c'est à force d'endurance et de volonté qu'il s'est fait le champion de la démocratie participative.
    Dans sa commune, il a soumis tous les projets à la concertation et au vote d'un panel d'habitants, instauré le tirage au sort, délocalisé le conseil municipal dans une Maison des citoyens, rencontré tous les foyers en porte-à-porte, créé un système d'alerte par SMS, etc. En 2014, il a été réélu au premier tour avec 60 % des voix.
    Dans ce livre d'entretiens, il raconte son parcours d'élu atypique, et fait sa part d'autocritique : il confie avoir connu le goût du pouvoir et reconnaît des défaites, comme le taux d'abstention ou le score du FN qu'il n'a pas su faire baisser.
    Enfin, Jo Spiegel confie dans ces pages étonnantes qu'il nourrit sa politique de lectures philosophiques (Hannah Arendt, Paul Ricoeur) et d'une quête de spiritualité. Lui qui fait chaque année des retraites en monastère pour se ressourcer est un combattant acharné des dérives obscurantistes. Il appelle à redonner tout son sens à la belle expression, souvent galvaudée, de « vivre-ensemble ».

  • - Actualité : dé bats autour dés migrants ; 70 ans dé la Dé claration univérséllé dés droits dé l'hommé ; monté é dés nationalismés - Guy Aurénché ést uné pérsonnalité connué dans lé miliéu dés ONG (il a pré sidé lé CCFD), dé la justicé (il a é té avocat dans dé grands procé,s : Irlandais dé Vincénnés, gé né ral Aussaréssés, dictaturé argéntiné...) ét chéz lés catholiqués. Il a publié plusiéurs ouvragés : « lé soufflé d'uné vié » (Albin Michél), « La solidarité , j'y crois » (Bayard)...
    - Guy Aurénché participéra a, plusiéurs confé réncés autour dé la parution du livré (uné dizainé dé ja, pré vués)

  • Élise Cairus s'est penchée sur quinze passages des quatre Évangiles pour y détecter des traces d'humour : « Nicodème », « Zachée », « La femme adultère », « Le paralytique », etc. S'il s'agit le plus souvent d'un humour subtil et léger, il peut se révéler provocateur et ironique.
    C'est en travaillant sur la question de l'accompagnement spirituel à la naissance, notamment face à des situations douloureuses, qu'Élise Cairus a découvert les bienfaits de cet humour, qui peut aider à libérer la parole et les angoisses.
    Dans une époque où le rire est omniprésent, et parfois pour le pire, ce livre vante les mérites des traits d'humour évangéliques, qui invitent chacun à se remettre en cause et à accueillir l'autre.

  • Riche de ses quarante années de consultations comme psychologue, Cécile Entremont a pu mesurer l'impact de la crise actuelle sur les comportements individuels et collectifs (familiaux notamment). Elle constate beaucoup de désespérance et de fatalisme. Ainsi qu'une forme de déni de réalité, qui consiste à ne pas voir la gravité des crises économique et écologique qui mettent en péril la planète et l'humanité. Face à cela, elle propose de faire un certain « deuil de l'avenir » pour mieux s'ancrer dans notre réalité, extérieure (le monde, l'Autre) et intérieure (soi), et se mettre en mouvement.
    Elle propose des pistes d'actions qui passent, entre autres, par l'attention aux autres et à la nature, l'ancrage local, la vie associative et le développement personnel.

  • Des personnalités de tous horizons (scientifiques, philosophes, politiques, religieux.), spécialistes des questions d'environnement, analysent le formidable écho de l'encyclique du pape François sur l'écologie, Laudato Si'. Et ce qu'elle change profondément, aussi bien dans l'Église catholique qu'en dehors.
    Si certains portent des critiques sur tel ou tel point de ce texte, tous les contributeurs soulignent sa puissance, aussi bien sur la forme que sur le fond. Le constat est unanime : jamais une encyclique n'a eu un tel impact ni suscité un tel enthousiasme.

  • - Actualite : proces en appel du cardinal Barbarin le 28 / 11/ 2019 - Les eglises se vident et les scandales se succedent, laissant l'institution demunie et les croyants abasourdis.
    Pour inciter l'É-glise a sortir de son impuissance et aider les fideles a depasser la tristesse et la colere, un journaliste et une universitaire catholiques de deux générations publient cet appel.

  • Face à la double crise qu'elle affronte, celle du monde et la sienne propre, l'Eglise catholique a l'obligation de se réformer. C'est la conviction de Gui Lauraire, prêtre diocésain. Il la nourrit de son expérience au sein de communautés religieuses et laïques, de Montpellier au Pérou, où il a été très proche des courants inspirés par la théologie de la libération. Et propose des solutions-chocs : possibilité pour chaque baptisé de baptiser lui-même ou de présider une célébration eucharistique, désignation des prêtres et évêques par les fidèles, etc. Gui Lauraire en appelle à une Eglise moins dogmatique et plus populaire, qui fasse passer la foi avant la loi. Et garde espoir en l'avenir, convaincu que l'on n'enterre pas la lumière de l'Evangile.

  • Une passionnante enquête historique sur Jésus menée par le sociologue Guy de Longeaux. Pour atténuer l'image du magicien faiseur de miracles et le replacer à hauteur d'homme, il le resitue dans son époque, en s'appuyant sur les travaux de théologiens et d'historiens. Et balaie ainsi beaucoup de fantasmes et d'idées reçues.
    Dans la lignée d'un Jacques Duquesne (qui a écrit la préface), Guy de Longeaux raconte, avec un sens aigu du détail, le destin extraordinaire d'un homme ordinaire.
    Il se livre aussi à une analyse des forces et faiblesses de l'Eglise catholique aujourd'hui. Et l'appelle à fuir les sentiers battus du conformisme pour retrouver l'esprit et le souffle des premières communautés chrétiennes.

  • Contemporains et explique pourquoi l'Eglise telle qu'elle existe aujourd'hui fait fausse route. Etayant son propos par une connaissance intime de l'histoire et des dogmes chrétiens, il nous ramène au coeur de ce que signifie et implique l'« être-chrétien » en matière de croyance, de pratique et de rapport au monde. Il explique de façon lumineuse les dérives et impasses d'une religion ritualiste et magique autour d'un noyau intégriste et charismatique, obnubilée par la sexualité, tentée d'arrêter une tradition en perpétuelle métamorphose à un moment précis del'histoire. Loin de se lamenter sur la crise actuelle de l'Eglise, il invite au contraire à y voir la chance d'un nouveau départ, pour une Eglise réconciliée avec le message et la pratique de celui dont elle se réclame, démocratique plutôt que hiérarchique, laïque plutôt que cléricale, tournée vers l'ici-bas plutôt que vers l'au-delà, en conformité avec ce Dieu qui, pour la première fois dans l'histoire humaine, s'est fait homme.

  • En Tchécoslovaquie, d'abord sous occupation nazie (1939-1945) puis soviétique (1945-1989), les catholiques vivent leur foi clandestinement, au risque de leur vie. Les papes successifs reconnaissent et encouragent cette Église, qui se soucie des pauvres et protège les clandestins, notamment les femmes qui, en prison, sont cruellement privées de secours spirituel. C'est pour leur venir en aide qu'en 1970 un évêque de l'Eglise clandestine confère ordonne une femme, Ludmila, comme prêtre. C'est la première fois.
    La paix revenue, le Vatican déclarera cette ordination invalide. Ainsi, l'institution n'a pas su saisir l'occasion d'avancer vers la modernité, en affirmant dans les faits l'égalité voulue par le Christ entre hommes et femmes.
    Pourquoi relire cette histoire ? Parce qu'elle est exemplaire d'une question contemporaine brûlante pour l'Église catholique : l'ordination sans discrimination de sexe et la mise en oeuvre de l'universalité du sacerdoce du Christ.
    Si les travaux universitaires sur cette question sont maintenant nombreux, l'institution catholique reste crispée sur tant d'archaïsmes que les chercheurs ont jugé la cause perdue. Restait à raconter de façon narrative et accessible à tous cette histoire dont les faits sont rapportés par Ludmila elle-même. Il fallait porter au dossier une pièce tout à fait neuve. C'est maintenant chose faite.

  • L'Évangile est trop souvent utilisé par la religion pour cautionner son dogmatisme et son ritualisme. Or l'Évangile n'a pas vocation à servir la religion mais à être servi par elle, non dans la doctrine ou dans le culte, mais d'abord dans la vie.

  • Des thèmes très actuels : la laïcité, le dialogue entre les religions, la critique des religions. Des auteurs connus : Paul Ricoeur, Patrick Viveret, Henri Peña-Ruiz, Susan George, Joseph Moingt

  • Recueil de témoignages de personnes qui ont séjourné en Palestine dans le cadre du Programme d'accompagnement oecuménique en Palestine et Israël (EAPPI), créé suite à la deuxième Intifada (2000). Ces « accompagnateurs oecuméniques » sont des personnes âgées de 25 à 70 ans, de toutes nationalités et de tous horizons. Depuis 2002, près de 1600 volontaires de 25 nationalités ont participé à ce programme. Leur mission est d'observer et de rendre compte des atteintes aux Droits de l'Homme et d'offrir une présence protectrice aux personnes vulnérables. Aux côtés de Palestiniens et d'Israéliens, ils oeuvrent à la paix de manière non-violente. La préface est de Dominique Vidal, journaliste et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient.

  • Des catholiques, laïcs et religieux, racontent comment ils ont vécu les événements de mai 1968, comme croyants et comme citoyens. Avec les témoignages de Guy Aurenche, Maurice Bellet, Mgr Jacques Gaillot, Jacques Musset, Mgr Jacques Noyer, René Poujol, François Soulage...

  • - Joseph Moingt est l'auteur d'un bestseller chez Temps Pre%sent : « Croire quand me)me », vendu a- 20 000 exemplaires. C'est un the%ologien de re%putation internationale., une personnalite% du monde catholique. Il est a)ge% de 102 ans.
    - Le livre paraî)t a- la pe%riode des cadeaux de Noe4l.

empty