Alcide

  • Témoignant du basculement de la France et de l'Europe vers un nouveau monde, la guerre des camisards et la guerre de Vendée encadrent le XVIIIe siècle. La première est une révolte face à la volonté d'absolutisme de Louis XIV et deviendra a posteriori le symbole d'une lutte pour la liberté de conscience;la seconde est une révolte qui symbolise à la fois la Contre-Révolution et la marche forcée vers l'État-nation. Des protestants luttant pour garder leur liberté de culte sans contester la légitimité du pouvoir royal;des catholiques se battant pour préserver leur manière de pratiquer,en contestant le bien-fondé d'un nouveau régime qui les instrumentalise. Deux rapports à l'État mais la même incapacité de l'État d'appréhender la diversité.
    La mémoire de ces deux guerres est demeurée très vivace,non seulement dans les régions concernées,les Cévennes et la Vendée, mais également à l'échelle nationale voir internationale. Ce sont des récits fidèlement transmis, de génération en génération. Mais ce sont aussi deux mémoires façonnées par le temps et dont la perception a pu changer, parfois de manière radicale.
    À travers le récit des révoltes, ce livre à deux voix est une réflexion originale et limpide qui questionne le rapport à l'histoire et à sa mémoire, écrite, orale et picturale.

  • En lien avec les musées du protestantisme de France et de Genève, l'historien Patrick Cabanel a sélectionné des oeuvres, tableaux, gravures, photographies et autres objets qui sont prétexte à évoquer les grandes pages de l'histoire du protestantisme français. Bien plus qu'une histoire illustrée, ce livre est d'abord celui d'une découverte. Jamais il n'y a eu de beau livre sur le protestantisme, confession iconoclaste qui a fait au XVIe siècle une véritable guerre aux images. Paradoxe ?

    C'est pourtant avec les illustrations majeures présentées ici que s'est forgée l'identité protestante française. Beaucoup plus que des images, elles montrent dans une fascinante mise en perspective comment histoire et mémoire se sont façonnées et construites. Le protestantisme français porte une histoire de résistance et de conquête de la liberté qui, bien au-delà de la France, a marqué l'Europe.

    Voici un livre qui s'ouvre comme un album de famille, avec ses joies, ses peines, ses erreurs, ses souvenirs enfouis, ses oublis, ses moments glorieux, mais aussi sa constance et sa fidélité : une réflexion sur le monde, qui continue de s'écrire.

  • Le 24 juillet 1702, l'abbé du Chaila, archiprêtre et persécuteur infatigable des protestants cévenols, est assassiné au Pont-de-Montvert. C'est le détonateur de la guerre des camisards. Quelles sont les grandes phases de cette révolte ? Dans quel contexte international se déroule-t-elle ? Pourquoi en Cévennes ? Qui sont les prédicants ? Qu'est-ce que le prophétisme ? Huguenots, camisards, qui sont-ils ? Combien sont-ils ? Quels sont leurs chefs ? Quelles troupes envoie Louis XIV ? Qu'appelle-t-on le Désert ? Y a-t-il des camisardes ? Dans quel climat religieux vivent les camisards ? Que revendiquent-ils ? En 40 réponses, Jean-Paul Chabrol apporte un éclairage original sur cette révolte pour la liberté de conscience qui marqua de son empreinte les Cévennes et, bien au delà, l'Europe.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Dans l'Allemagne nazie. L'Europe occupée, la France de Vichy, les principaux lieux et médias d'une expression publique libre ont été supprimés, contrôlés ou pervertis. C'est dans ce contexte qu'une parole courageuse est portée par nombre de pasteurs en France. A l'occasion du soixante-dixième anniversaire de la déclaration de l'Église réformée de France, invitant, en 1942, à secourir les juifs persécutés, Patrick Cabanel nous propose de (re)découvrir 9 prédications de résistance prononcées dès 1940. Au-delà du discours religieux et de son vocabulaire, inhérent à la nature de ces textes, ces voix revêtent une force, une audace et un courage qui, inscrits dans la durée, font oeuvre de Résistance active tout autant que spirituelle. A Lyon, en 1941 et 1942, les résistants Berty Albrecht et Henri Frenay assistaient aux cultes de Roland de Pury : "Quelle joie était-ce pour nous que d'écouter cet homme dire à haute voix devant un nombreux auditoire, et en termes à peine différents, ce que nous écrivons dans nos feuilles clandestines". Ces voix suscitèrent de nombreux engagements. Après avoir mis en perspective l'ensemble de cette résistance si particulière, l'historien Patrick Cabanel, qui a consacré une partie de son oeuvre aux relations entre protestants et juifs, accompagne chaque texte d'une biographie de son auteur ainsi que d'un rappel du contexte dans lequel il a été prononcé.

  • Les 330 cartes et quelques 100 notices de l'Atlas des Camisards renouvellent et transforment la perception et la compréhension d'une page de l'histoire de France qui a marqué l'Europe entière. Comprendre les enjeux historiques, le contexte international, les stratégies des parties prenantes ou la géographie des batailles ; se représenter les chefs camisards, leurs territoires, niais aussi les dragonnades, les caches, les assemblées, les galériens, les prisonnières de la tour de Constance puis l'action de restauration d'Antoine Court : par l'originalité et la multiplicité de leurs approches, ces cartes marquent une innovation sans équivalent. Si la guerre des Camisards se déroule de 1702 à 1704, elle se situe dans une histoire longue de dissidences religieuses européennes. L'Atlas des Camisards s'inscrit dans un cadre historique de plusieurs siècles, de l'introduction de la Réforme dans le royaume de France, au XVe siècle, aux temps de la persécution, de la guerres puis de la reconstruction d'une Eglise protestante au XVIe siècle, jusqu'à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen garantissant la liberté de religion.
    Agrégé de géographie, historien, professeur de Chaire supérieure, Jacques Mauduy est également cartographe. Il a publié plusieurs livres de référence, de la géographie du western aux Etats-Unis aux reliefs des montagnes cévenoles. Agrégé d'histoire, Jean-Paul Chabrol est spécialiste du Gévaudan et des Cévennes, en particulier des singularités sociales et religieuses de ces territoires. Il est l'auteur d'une quinzaine d'ouvrages consacrés à la guerre des Camisards et au phénomène prophétique.

  • De 1940 à 1944, quelques centaines de juifs sont venus s'installer ou séjourner dans les Cévennes, entre Gard et Lozère. Vallées et montagnes les ont presque tous sauvés, malgré les rafles, la gendarmerie puis les troupes et polices d'occupation. Juifs français et étrangers, antinazis allemands, enfants isolés et familles entières ont trouvé ici l'asile et le salut. Ils le doivent à une géographie tourmentée et à la culture historique de la population cévenole: les descendants des Camisards, habitués à tenir tête à l'État oppressif, ont ouvert aux juifs les portes de leur pays de schiste, de Bible et de mémoire.

    Ce livre est la première synthèse sur l'une des plus belles pages de la rencontre entre juifs et non juifs dans la France de Vichy.

  • Entre 1702 et 1704, 2 000 Camisards, des protestants cévenols, tiennent tête à 30 000 soldats du roi, parmi lesquels les terribles dragons. Pourquoi ce soulèvement ? En 1598, Henri IV avait signé l'édit de Nantes et accordé la liberté de culte aux protestants. Il avait ainsi mis fin à 40 années de guerres de Religion et à d'horribles massacres. Or, presqu'un siècle plus tard, en 1685, Louis XIV décide d'imposer le catholicisme comme l'unique religion de son royaume. Une répression terrible s'abat alors sur les protestants : les hommes sont condamnés aux galères, à la roue et au bûcher, les femmes emprisonnées et les enfants envoyés dans des couvents. La pression sur la population réformée est à son comble. La révolte éclate. L'historien Jean-Paul Chabrol raconte l'âpre conquête de la liberté de conscience, de la Réforme à la Révolution française. C'est dans ce cadre que l'épopée des Camisards, qui n'a duré que deux ans, a marqué l'histoire de la France et de l'Europe mais aussi celle des Cévennes qui resteront dès lors une terre de résistance.

  • Incorruptible, courageux, audacieux et irréductible, Pierre Laporte, dit Rolland, est la grande figure héroïque de la guerre des Camisards.
    Seule la trahison aura raison de sa bravoure et de son opiniâtreté. La maison natale de Rolland, le Mas Soubeyran, est devenue en 1911 le musée du Désert, témoignage de la popularité que ce chef camisard avait acquise depuis sa mort tragique, en août 1704. C'est en ce lieu que les protestants ont choisi de se rassembler, chaque premier dimanche de septembre, pour une Assemblée du Désert.
    Rolland s'inscrit ainsi dans une tradition mémorielle ancienne, collective et familiale, qui a conservé, à travers trois siècles, la légende de ce chef camisard. Jean-Paul Chabrol nous entraîne dans le combat épique, bref et violent de cet homme, mais aussi dans l'écho de cette vie : les raisons du triomphe posthume de ce héros aux dépens de l'autre grande figure camisarde, Jean Cavalier, et la construction d'un mythe romantique qui vient éclairer un personnage hors du commun.

  • À la fin du XVIIe siècle, sous la terrible répression de Louis XIV, les protestants français sont contraints d'abjurer leur foi. En Dauphiné, puis en Languedoc, des femmes et des hommes s'élèvent, par leurs discours et par une gestualité étonnante, contre ce viol des consciences. On les appelle des prophètes. Mais qu'est-ce qu'un prophète ? Que signifient ces expressions corporelles, ces tressaillements qui ont souvent prêté à moquerie et longtemps terni la révolte des Camisards, une « guerre de prophètes » ? Sait-on que le mot « fanatique » a été créé à cette époque ? Que ces manifestations d'exaltation ont essaimé jusqu'aux États-Unis ? Phénomène de masse jusqu'au début du XVIIIe siècle, le prophétisme huguenot provoque l'incompréhension et, au sein même de l'Église protestante, un profond malaise.
    En 40 réponses, Jean-Paul Chabrol apporte un éclairage clair et original sur ce phénomène qui a marqué de son empreinte les Cévennes et la guerre des Camisards, mais aussi l'histoire des protestants de France, d'Europe et d'Amérique du Nord.

  • A la veille de l'assassinat de l'abbé du Chaila, le 24 juillet 1702, qui marque le début de la guerre des Camisards, l'affaire du Magistavols nous plonge au coeur d'une Cévenne en pleine effervescence, traumatisée par la répression menée sans relâche depuis vingt ans par Louis XIV.
    Révélatrice des enjeux de pouvoir entre l'abbé du Chaila, l'intendant Basville et quelques protestants intrigants, cette affaire dévoile les origines de la révolte et en révèle les singularités. En ce printemps 1702, le prophétisme embrase les hautes terres du pays cévenol. L'ombre d'Esprit Séguier plane. Pour le pouvoir, il faut de toute urgence "éteindre ce feu qui se rallume plus fort que jamais".

  • La nuit du 24 Juillet 1702 fut une grande nuit pour l'abbé Du Chaila.
    Ce fut la nuit où il restitua tous ses prisonniers huguenots, la nuit où il rendit son âme au Dieu qu'il avait servi sa vie entière, la nuit où il fut élevé au rang de martyr, la nuit où la fameuse guerre des Cévennes pour la liberté de conscience fut déclenchée.
    Ce fut la nuit des Camisards.

    Une pièce qui nous plonge dans un monde de certitudes, de doutes, de violence, de failles : le récit haletant de personnages emportés par une histoire qui les déchire et les transcende tout à la fois.

  • Avec un sens rare de la narration et du détail pittoresque, Jacques Bonbonnoux (1673-1755) nous offre le plus beau et le plus captivant des récits camisards, racontant avec émotion la vie harassante et périlleuse des combattants, l'errance des derniers rebelles. Mais la relation de Jacques Bonbonnoux ne s'arrête pas à cette révolte prodigieuse. De 1713 à 1730, l'ancien brigadier de Jean Cavalier fait partie de cette poignée d'hommes qui, sous la conduite d'Antoine Court, oeuvre à la restauration de l'Église réformée languedocienne, pacifiquement et en rupture avec le prophétisme qui a été le moteur de la guerre des Camisards.

    Pour la première fois, l'édition de ces Mémoires est accompagnée de notes qui éclairent le récit en donnant d'utiles précisions sur tous les personnages cités et sur tous les lieux fréquentés par Jacques Bonbonnoux. Des cartes et un index complet enrichissent l'analyse de Jean-Paul Chabrol, offrant une nouvelle perspective à ce témoignage exceptionnel, capital pour comprendre le passage « du temps violent de la révolte, à celui, pacifique, du Désert ».

  • Au début des années 1970, Jean-Pierre Chabrol écrit Le Crève-Cévenne qu'il sous-titre "les chants désespérés". L'ouvrage symbolise le cri d'un pays qui se meurt dans l'indifférence générale. Quarante ans plus tard, les mas sont restaurés, des écoles rouvertes, des espaces à nouveau conquis. Dynamiques, volontiers novatrices, les Cévennes du début du XXIe siècle offrent le visage d'une renaissance. Elles le doivent en partie à un renouveau démographique dont Philippe Joutard avait entrevu l'élan dès la fin des années 1970. En 2011, le Club Cévenol a organisé un colloque sur les nouvelles populations des Cévennes. De là est née l'idée de cet ouvrage. Chaotique, irrégulière, composée de strates disparates, la mutation démographique s'est accompagnée d'initiatives durables et originales, en particulier dans les domaines agricole et touristique. Les Cévennes ne sont pas mortes. Mais "la Cévenne" existe-t-elle encore ? Dans ce pays à l'identité plus culturelle que géographique, élevé dans l'idéal républicain et laïque, "terre de refuge" et de tolérance, l'apparition du vote Front National a été un choc.
    Dans une approche vivante et à plusieurs voix, deux historiens, Patrick Cabanel et Pierre Cornu, trois géographes, Laurent Rieutort, Josselin Tallec, François Taulelle, et une anthropologue, Françoise Clavairolle, mettent en perspective l'histoire récente des Cévennes pour mieux appréhender les défis du territoire en ce début de XXIe siècle.

empty