Jean-Pierre Denis

  • Que nous arrive-t-il ? Quel est le sens de cette pandémie ? Que reste-t-il de nos visions de la vie, du monde, de l'homme ? Où allons-nous ? Et où est passé Dieu dans tout ça ?
    Répondant du tac au tac à son contemporain dépressif ou dubitatif, Jean-Pierre Denis lui oppose les leçons de la Bible. Lui concédant que son désarroi n'est pas sans raison, il n'épargne pas la France, ni son État, ni son Église. Lui déniant de réduire la foi à un fidéisme ou à un fanatisme, il montre la fulgurante actualité de l'Évangile.
    Un dialogue enlevé, lumineux, frappant. Un essai ravageur d'humour et pétillant de profondeur. L'irrésistible appel à la lucidité d'une grande voix spirituelle d'aujourd'hui.
    />

  • On aurait pu croire éteintes les grandes voix catholiques. En voici une qui sort des décombres pour tonner que Dieu est Dieu dans ce livre qui répond enfin à la crise spirituelle que traversent l'Église, la France et l'Europe.
    Rompant avec la logique de l'excuse, récusant la dissolution comme la crispation, révoquant les tentations de la naïveté et de la médiocrité, Jean-Pierre Denis dresse le plus lucide et le plus implacable des constats sur la déchristianisation. Et y voit une chance pour l'Évangile qui jamais ne s'impose et qu'il faut sans cesse apprendre à recevoir.
    C'est à une foi attestataire, tissée dans le témoignage intime de sa vie, qu'il en appelle ici. Une attestation qui fait fi des préjugés établis, qui se nourrit des rencontres improbables, qui sait être attentive aux signes prophétiques. Et qui, sans être donneuse de leçons, en revient immanquablement à l'unique testament du Golgotha et de Pâque, source de la seule contre-culture qui soit réellement subversive.
    Porté par une plume parfois aiguë, souvent inspirée, toujours sensible, ce récit d'une émancipation qui est aussi un manifeste de la libération s'adresse à chaque homme et chaque femme d'aujourd'hui qui se sentent prisonniers de la tragédie d'exister. Et veulent s'en affranchir.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Comme un paysage mouvant Nouv.

    Monte m'intime L'homme au visage masqué Mais pour aller où Je veux toujours savoir.

    Ce nouveau recueil se présente comme une réponse poétique à une « invitation insistante ». « Monte ». Où, vers quel lieu monter ? Peut-être avant tout vers les mots. Comme un paysage mouvant ne décrit pas des lieux ou des situations. Il tente d'écrire à partir de la suspension qui suit immédiatement cette invite, comme à l'affût du mot qui déjà se donne sans encore se montrer dans le blanc du poème. « Monte ». C'est à nous aussi que s'adresse l'appel. Jean-Pierre Denis nous donne d'ailleurs des mots - ses mots, pour répondre, à notre tour.

    Ailleurs Que ton ailleurs dit-il Et maintenant Car le soleil t'appelle.

  • Le christianisme, après la critique radicale à laquelle il a été soumis en Occident à partir des Lumières, a perdu la place qu'il avait au centre de notre culture. La modernité s'est en partie faite contre lui.
    Une autre façon de voir les choses est possible aujourd'hui. Face à la généralisation d'une vision marchande des échanges humains, le christianisme se trouve dans la situation paradoxale de pouvoir sauver les valeurs au nom desquelles il avait été combattu : droits de l'homme, individu, humanisme, voire art (où il maintient l'exigence du sens), et même science, qu'il peut aujourd'hui recueillir face à son abâtardissement en technologie. Ne faut-il pas dès lors que les chrétiens assument cette nouvelle position d'une contre-culture où se jouerait l'essentiel de notre culture ?

    Ajouter au panier
    En stock
  • Manger parole

    Jean-Pierre Denis

    Avec ce deuxième recueil poétique, Jean-Pierre Denis nous propose un grand psaume de pèlerinage, scandé par quatre chants : celui de la nostalgie, de la conquête, des illusions, de la présence. Quatre chants, comme quatre déclinaisons de ce qui, tour à tour, nous immobilise en nous fermant à la vie, ou nous projette hors de nous, dans la quête violente ou chimérique d'une identité d'emprunt. Une question résonne silencieusement dans ce recueil, tout de force contenue : Qui de la vérité ou de l'illusion aura le dernier mot ? Peut-être la parole elle-même, qui s'est dépouillée de toute grandeur pour nous donner la vie.

  • «Tranquillement inquiet» : ce nouveau recueil de Jean-Pierre Denis tient tout entier dans cet oxymore. Attitude en même temps qu'interrogation, il veut dire l'ignorance que nous entretenons au sujet de nous-mêmes. «Sens de la vie», «but de l'existence» ; si nous aspirons au sens et à la clarté, c'est parce que nous nous trouvons pris dans une contradiction fondamentale, comme un chaos originaire dont il faut nous dégager. Ce chaos, c'est nous - c'est le «moi» pascalien posé comme un masque sur notre visage véritable. Sans complaisance, Jean-Pierre Denis s'attache à faire tomber ces masques.
    L'espace ouvert par l'écart des «paumes plus ou moins jointes» constitue le creuset de ce recueil. Son secret aussi. La parole poétique vient nous inquiéter «tranquillement», mais profondément, et non sans une certaine désinvolture (remède au «sérieux» derrière lequel nous nous cachons). Elle nous invite à l'imprévu - à commencer par ce que le souci de nous-mêmes cache trop souvent à notre regard: notre vie.

  • Écrire pour faire violence à la mort et donner voix, autrement, dans les mots du poème comme dans une langue maternelle à «ceux-là» qui n'ont pas eu le temps de naître à la vie. «Mort, où est ta victoire?» La poésie de Jean-Pierre Denis se tient sur le seuil de toutes nos finitudes. Et là, avant que les êtres et les choses ne tombent dans l'oubli, comme un rapt du sens la parole du poète se révolte et les ramène dans la Lumière où eux-mêmes ne savaient pas encore vivre.

  • Me voici forêt

    Jean-Pierre Denis

    « Planter un arbre comme grandit un poème, lente maturation de l'obscur vers la lumière. La folie de ce livre s'est ainsi emparée de moi. Dire l'arbre, son feuillage, ses racines, son écorce. Dire non seulement l'arbre, mais tout l'arbre, sa nature. Atteindre, par la métaphore de l'arbre, quelque chose de l'homme, de ses désirs, de ses peurs et de ses songes. Le feuillage comme effeuillage, comme recherche de ce qu'est, en profondeur, notre nature. L'humus comme lit de l'humanité. J'ai commencé par de petits carnets. Peu à peu j'ai compris que j'écrivais le livre de ma vie, une forme d'autobiographie. De l'arbre à la forêt se déploie quelque chose comme l'infini. De la lisière, c'est moi qui vous regarde aller, venir, vous perdre et - qui sait ? - vous trouver » (J.-P. Denis).
    Tout l'arbre (racines, écorce, humus, sève ; son rapport au cosmos ou à l'imaginaire) et toutes les espèces d'arbres, en tous lieux (Pyrénées, Japon, Inde...) : cet étonnant parcours en quatrains et en cinq livres conduit le lecteur, de cime en cime, à s'interroger sur ses multiples facettes et sa propre nature.

  • Le fruit des réflexions philosophiques d'un empereur pétri d'une solide culture littéraire, inspiré par Épictète et les stoïciens.
    Contexte Empereur en 161, Marc Aurèle passa un temps considérable entre campagnes et camps militaires. Il visita l'Égypte, la Syrie, la Cilicie, mais aussi la Grèce, où il fut initié aux mystères d'Éleusis. Il fonda quatre chaires philosophiques à Athènes pour traiter des grands courants antiques : le platonisme, l'aristotélisme, le stoïcisme et l'épicurisme.
    L'oeuvre Les Pensées pour moi-même ne constituent pas, comme on l'a parfois pensé, une compilation de textes dont Marc Aurèle aurait eu la connaissance, mais sont bien le fruit de ses propres réflexions, alimentées par la pensée stoïcienne qui a guidé sa vie.
    Les concepts clés L'âme La mort La nature Le dieu La liberté...
    La collection Intégrales de philo, une approche complète et approfondie d'une oeuvre essentielle Une oeuvre commentée par des spécialistes Des dossiers autour de l'oeuvre Plus de trente titres 4 périodes : Antiquité, Moyen Âge et Renaissance (Ve - XVIe s.), période moderne (XVIIe - XIXe s.), période contemporaine (XXe s.)

  • Rome, le 19 avril 2005. La fumée blanche s'élève sur le toit de la chapelle Sixtine. Le nouveau pape Benoît XVI apparaît au balcon de la basilique Saint-Pierre. Les reporters de La Vie sont là. Depuis, ils n'ont cessé de suivre le pape Benoît XVI, de rencontrer son entourage proche, de recueillir les confidences de ses amis et de ses collaborateurs. Ils ont lu et analysé ses plus beaux textes, ses discours, ses encycliques. Ils ont enquêté sur toutes les grandes affaires du pontificat, les périodes difficiles, les tensions qui ont parcouru l'Eglise. Ils ont aussi partagé à Rome, à Cologne, à Paris ou à Madrid la ferveur des fidèles et l'enthousiasme des jeunes des JMJ.
    Ce document exceptionnel, à valeur historique, reprend les meilleurs articles et les plus belles des photos publiées par l'hebdomadaire chrétien. De l'élection du pape à sa renonciation, relisez le journal du pontificat, revivez les émotions fortes de huit années exceptionnelles.
    Parmi les grandes signatures de ce hors-série/de cet album, deux spécialistes de l'Eglise catholique et du Vatican, Jean Mercier et Jean-Pierre Denis, qui suivent cette actualité depuis plus de quinze ans.

empty